09/03/2009 09:49 Publié dans Le Journal (notes quotidiennes) | Lien permanent | Commentaires (0)

Nous avons des stars!

 

Nous avons des stars!

La soirée de gala des "Quartz", une sorte d "Oscars" suisse pour les meilleurs films et acteurs, samedi soir, à Lucerne,

a prouvé que le cinéma suisse existe, que nous avons des stars et que ces stars sont présentables et que les cérémonies de ce genre font du bien à la profession, que les journaux en parlent avec plaisir. La célébration des stars du cinéma n'est plus réservée aux Français, aux Anglais et aux Américains. J'en ai assez de la fausse modestie suisse qui part du principe que nous n'avons pas de stars, qu'il faut en conséquence importer des stars françaises, anglaises ou américaines pour donner un peu de couleurs à nos festivals de films ou de télévision. C'est quoi, une star, au juste? Ce sont des gens qui font très bien leur métier dans le show business, dans le théâtre, la télévision ou le cinéma. Mais cela ne suffit pas. Il faut aussi qu'ils soient rendus visibles par les médias, par des cérémonies au tapis rouge! Quel plaisir de revoir par exemple un auteur de théâtre lausannois, Antoine Jaccoud, recevoir le prix du meilleur scénario...On le connaissait un peu, à Lausanne, cette fois, du coup, il est reconnu dans le pays entier. C'est important, pour un écrivain! 

Les Français l'ont compris, les Américains aussi, leurs médias font de chaque sortie cinématographique un évènement, avec interviews des comédiens sur les plateaux du téléjournal, reportages dans les magazines. Ils mobilisent le public, ils le rendent curieux. Et si après, le film ne marche pas, si le public le déserte après trois ou quatre jours, tant pis.

Grace à cette cérémonie de Lucerne, on a eu le plaisir aussi de voir notre ministre de la culture en smoking - quelle élégance, M. le Président! - et des metteurs en scène comme Ursula Meier ou des acteurs comme le petit et adorable Kacey Mottet Klein. Ils restent dans nos mémoires. 

Nicolas Bideau avait raison quand il a secoué le cocottier du cinéma suisse, quand il a déclaré qu'il voulait du cinéma de qualité qui soit populaire.

Il voulait que lâ fête soit belle, que nos stars brillent.

Bravo Bideau! C'est une réussite.

          

Les commentaires sont fermés.