14/03/2009 22:20 Publié dans Le Journal (notes quotidiennes) | Lien permanent | Commentaires (1)

Les souffrances d'Eric Lehmann


 

Quand dans les médias nous parlons d’une «affaire» concernant une personnalité publique, il nous arrive d’oublier la souffrance que le débat public peut causer à la personne concernée et  à son entourage, son épouse et ses enfants par exemple. Nous oublions trop souvent de nous mettre à leur place.

Je viens d’apprendre par un proche de la famille Lehmann que celle-ci se sent profondément blessée par ce qu’elle perçoit comme un « acharnement médiatique » contre l’ancien chef de la police. Suite aux divers articles parlants de l’indemnité de départ de M.Lehmann, la famille fait quotidiennement l’objet de réactions violentes de la part de particuliers qui n’hésitent pas à envoyer des lettres (anonymes) d’insultes.

 

Je pense que les journaux ont fait leur travail, qu’il a fallu débattre publiquement des conflits à la tête de la police vaudoise, qu’il fallait aussi parler de l’indemnité de départ de M. Lehmann. Il faut rappeler ici que la critique des médias s’est en priorité adressée aux responsables politiques qui ont très mal géré le dossier et non pas à M.Lehmann. Et qu’en ce qui concerne l’indemnité de départ les médias n’ont fait que rendre compte des critiques formulés par certains politiciens. 

 

Mais il est vrai qu’aujourd’hui, les autorités - responsables du cafouillage et co-responsables  du conflit - sont toujours en place. Alors que M. Lehmann est à la recherche d’un emploi, dans une situation économique difficile. Pratiquement, on peut dire qu’il porte seul le chapeau d’un conflit dont il n’est pas seul responsable, et il n’a même pas le droit de parler de ce qui lui est arrivé.

 

A aucun moment il a été question de reprocher des fautes professionnelles à Eric Lehmann qui a toujours œuvré, dans les diverses stations de sa carrière (SSR, Provins, radio au Kosovo, police) à l’entière satisfaction de ses chefs et du public. Il faut quand même le rappeler.

 

Eric Lehmann n’est pas homme à se plaindre, et c’est peut-être un tort. Peut-être devrait-il s’expliquer, sans trahir le secret imposé, mais juste pour parler de lui, de son destin, de ses idées, ses envies, d’éventuels projets, montrer qu’il est encore là et bien là.  

 

Quoi qu’il fasse, il mérite notre respect.

 

Commentaires

Cher Monsieur,
Je viens de prendre connaissance avec près de 18 mois de retard de l'article sur votre blog concernant l'acharnement médiatique dont Eric LEHMANN a été la victime. Je vous approuve entièrement lorsque vous admirez le courage d'Eric LEHMANN de ne s'être jamais plaint. Vous reconnaissez qu'il a porté seul "le chapeau de ce conflit" et enfin et surtout qu'aucune faute professionnelle ne lui a jamais été reprochée au cours de toute sa carrière.
En revanche, contrairement à ce que vous estimez, Monsieur ROTHENBUHLER, je trouve parfaitement inadmissible et outrageant pour Eric LEHMANN que le "Matin" se soit autorisé à permettre à ses lecteurs de livrer leurs commentaires concernant ses indemnités de départ.
Mais, vous avez raison, Monsieur ROTHENBUHLER, Eric LEHMANN mérite notre respect et pour son courage notre profonde admiration.
Françoise Dufourd

Écrit par : DUFOURD | 04/09/2010

Les commentaires sont fermés.