30/03/2009 13:52 Publié dans Le Journal (notes quotidiennes) | Lien permanent | Commentaires (2)

Le Homo-Graben

Mauch 001.jpg

Le Homo-Graben entre Suisse alémanique et Suisse romande

Belle image que celle de la nouvelle syndic de Zurich, Corinne Mauch, posant pour les caméras des médias avec son amour Juliana Müller (à gauche) et son père. Image qui n'a pas encore été reprise par la presse romande.

L'homoséxualité de la candidate du PS n'a jamais fait l'objet du moindre problème, elle a déclaré d'emblée "Je vis avec une femme, et alors? Ca n'a rien à faire avec mes projets politiques". Les mouvements qui défendent les droits des homosexuels ont salué son élection et son courage de se déclarer ouvertement.

L'exemple de Corinne Mauch montre que les électeurs ne tiennent pas compte de l'orientation sexuelle d'un candidat, ou du moins elle ne pèse a pas négativement dans la balance. On peut même se demander si le soutien cumulé des gens de gauche, des femmes et des homosexuels n'a pas fait pencher la balance en faveur de Corinne Mauch.

En tout cas, l'élection de Mme Mauch montre, une fois de plus, que  les craintes de politiciens homosexuels qui hésitent à faire leur "outing" sont injustifiées. Certains craignent toujours qu'afficher leur homoséxualité pourrait dissuader quelques électeurs de leur donner la voix.

C'est faux.

Curieusement, dans cette question il y a une sorte de Röstigraben des moeurs, un Homo-Graben, en quelque sortes, ou juste un certain retard dans l'évolution des moeurs.

Nombreux sont en effet les élus, en Suisse romande, même dans les éxecutifs, qui ne parleront jamais publiquement de leur homoséxualité, qui mènent une sorte de double-vie, ne se montrent jamais dans les réceptions ou diners en ville avec leur partenaire de vie.

Ce jeux de cache-cache est malasain, il fait de l'homoséxualité un affaire honteuse, les politiciens homos qui n'ont pas le courage d'afficher leur identité sexuelle font tort à tous les jeunes homosexuels qui voient en eux un exemple à suivre.

Cette non-transparence est aussi source de rumeurs, d'accusations larvées, de tentatives de chantage.

Alors qu'une déclaration ouverte et franche contribuerait à faire un pas en avant dans la libérations des femmes et des hommes.

Je n'ai jamais compris, pourquoi en Suisse romande il n'y avait que les gens du show-business et des arts comme Pierre Keller et Claude Nobs, qui s'affichaient ouvertement, alors qu'en politique il n'y a, à ma connaissance, que Marianne Huguenin, la syndic de Renens qui a eu le courage d'afficher pleinement son identité sexuelle.

 

    

 

     

Commentaires

Comme cela les suisses romands ont un retard de 15 ans! Quand on voit ce que devient "Le Matin" depuis que vous êtes aux commandes, je me réjouis de ne pas être de ceux qui se croient en avance. Vos propos ce matin à la RSR étaient navrants, vous monopolisiez la parole, vous coupiez la parole; était-ce un manque d'éducation ou, à ce que l'on en dit, la vraie arrogance teutonique des zurichois?

Écrit par : Girod John | 31/03/2009

N'hésitez pas à contrarier l'ex boss du Matin.

Si les premiers commentaires ne vont pas dans le sens espéré , le petit Peter ferme l'expression populaire

Ce type est-il vraiment journaliste ?

A mon avis : NON

...juste un actionnaire d'Edipresse qui ne songe qu'a ses bonus et revenus.

Depuis le rachat de sa boîte par l'éditeur de "20 minutes", ce petit monsieur à bien du soucis à se faire pour sa place de travail...

Écrit par : Rikiki | 10/04/2009

Les commentaires sont fermés.