01/04/2009 09:32 | Lien permanent | Commentaires (5)

20minutes revient sur le Grand8

20 minutes est revenu sur le débat du Grand 8.
Je ne commenterai pas les propos de M. Tornare mais je recommande aux lecteurs d'écouter l'émission du Grand 8 pour prendre connaissance du contexte dans lequel le nom de M. Tornare a été évoqué. 
Il ne s'agissait nullement de le blesser ou de le "outer".
  
GENÈVE

Tornare blessé et en colère

«Je suis heureux de l’élection de Corine Mauch. Les Zurichois se sont montrés moins stupides que M. Rothenbühler.»


Le maire n’a pas apprécié qu’on parle de sa sphère intime. (Photo: Keystone)

Le maire de Genève, Manuel Tornare, n’a pas apprécié les propos que l’ex-rédacteur en chef du Matin a tenus mardi sur la RSR, à propos de l’élection de la maire lesbienne de Zurich.

Peter Rothenbühler a pris l’exemple du maire de Genève pour démontrer qu’en Suisse romande les politiciens n’affichent pas leur homosexualité.

«Je n’ai outé personne, c’est de notoriété publique», s’est-il défendu. Mardi, Pink Cross, l’organisation suisse des gays, a condamné l’«outing» des politiciens.

(reb)

Commentaires

Vous devriez peut-être commencer par assumer ce que vous dites au lieu d'avancer un argument tel que la "notoriété publique" pour un sujet relevant de la vie privée. Tous le monde n'est pas portés sur les ragots, et d'autre part, tout le monde ne veut pas faire de sa vie intime un sujet politique.

Les phrase du genre "mais non, je n'ai jamais dit cela" sont récurrentes chez vous, particulièrement face aux reproches que l'on vous fait sur votre manière feutrée d'attenter régulièrement à l'intégrité des personnes. Votre mauvaise foi, vous l'outez quand ? Pas la peine, elle est notoire !

Écrit par : Simon Bétrisey | 03/04/2009

Et il est de notoriété publique qu'à la rédaction du Matin ... mais à quoi bon le dire, puisque c'est de notoriété publique!

Écrit par : Pierre Rougeboulet | 05/04/2009

Je ne suis pas du tout d'accord avec le commentaire précédent. Tous les rédacteurs du matin, en-chef ou en-subordonné, actuels ou passés, moralisateurs ou désabusés, augmentant le lectorat ou le diminuant, bref tous les rédacteurs ne s'exposent aucun reproche qui soit de notoriété publique.

Écrit par : Pierre-Marc Munier | 05/04/2009

Le modérateur intervient: je crois qu'il est temps de cesser ces procès d'intention, avant que ne ressortent des griefs non encore de notoriété publique.

Écrit par : Le modérateur | 05/04/2009

Les commentaires sur ce post sont désormais fermés. PR

Écrit par : Peter Rothenbühler | 05/04/2009

Les commentaires sont fermés.