22/06/2009 11:17 Publié dans A propos de tout (ma chronique dans Le matin) | Lien permanent | Commentaires (2)

Tuer rend moche

 

Lundi

Moritz «touché»

Le conseiller fédéral Moritz Leuenberger se dit personnellement « touché par le rayonnement » du nouveau Mister Suisse André Reithebuch, le fameux bucheron illettré (et fier de l’être) glaronais. Dans son blog, le ministre prend (très largement) sa défense,  le  félicite même de son courage (!) et il fait dans l’empathie: «Moi aussi, il m’arrive parfois d’avoir de la peine à lire.» Pour souligner sa sympathie, Leuenberger a même reçu Mister Suisse dans son bureau, (en présence de photographes..). En apprenant tout cela, je pense aux jeunes gens qui passent actuellement le bac ou un autre examen, se tapent des nuits entières à réviser et écrire des travaux et n’ont ni le temps pour concours de beauté ni un papa riche qui les y fait gagner à coup d’annonces et d’affiches (comme dans le cas du glaronais) ni un ministre qui les reçoit dans son bureau pour les féliciter de leur courage. Faut comprendre Moritz : il serait moins « sexy » de rappeler à la jeunesse suisse que d’avoir rien foutu à l’école, même pas appris à lire et à écrire et de s’en vanter, ce n’est pas glorieux, mais une véritable honte. Ca ferait moins prolo-chic.

 

Mardi

Eau potable

Je suis d’accord et je ne suis pas d’accord avec le conseiller national vaudois Jacques Neyrinck : oui, buvons l’eau du robinet. Oui, le transport et l’emballage des eaux minérales venus de très loin est un non-sens environnemental. Mais ce n’est pas une raison d’interdire l’eau minérale en bouteille pet comme l’exige le député. On n’interdit pas non plus les barres chocolatés américaines, ni les bières hollandaise et autres produits venus de loin. Laissez les fabricants d’eau minérale libre de fairre leurs affaires qui d’ailleurs ne vont pas trop bien ces temps. En revanche, je pense que les entreprises à la recherche d’économies pourraient très bien se passer de ces fontaines à eau minérale (« From the Alps to your office » en plastique qu’on rencontre un peu partout et les remplacer par une pile de gobelets installés près d’un robinet d’eau potable.  C’est cent fois moins cher, et dix fois plus frais.

 

Mercredi

Tuer rend moche

Enfin terminé. Les déballages quotidiens au cours de ce procès fascinant me rappelait ce que me disait un collègue norvégien à propos de la sexualité dans les colonnes de son  journal, populaire mais plutôt prude en la matière : « Tu sais », me dit-il «nous sommes protestants, il y a juste un domaine où on se  lâche, c’est dans les chroniques judiciaires.  Dès qu’il y a un crime à caractère sexuel, on donne tous les détails. La sexualité entouré de la notion de crime, de péché, ça peut passer. C’est un peu pervers comme voyeurisme, mais les gens adorent. «  Il est vrai que Cécile B. et de sa victime nageaient en plein pêché. Je ne vais pas jusqu’à parler d’un grave accident de péché. Autre observation :  les excellents dessinateurs de presse qui suivent le procès, nous on toujours rendu  un Edouard Stern sympa et beau gosse, Cécile Brossard, en revanche,  est devenue de plus en plus moche sous leurs crayons. Réalité ou projection ?  

 

Jeudi

Jean-Marc Richard papa

Jean-Marc Richard, super-vedette de la SSR, et  toujours super-discret quand il s’agit de sa vie privée, a levé un coin du voile. Dans le Nouvelliste on apprend qu’il est marié et père (et beau-père) de quatre enfants. Et qu’il a des convictions : «Je suis persuadé qu’il faut revenir à des valeurs familiales très fortes ». Et: «J’essaie d’être le plus présent possible pour les enfants »,  heureux quand même « que mon épouse a choisi de s’occuper des enfants. » Non sans ajouter : «Si elle travaillait, je diminuerais mon temps de travail pour le consacrer à nos fils.» A cette dernière phrase j’ai tiqué : Le ferait-il vraiment ? Lui, l’accro au travail ? Et pourquoi, malgré ces affirmations, continue-t-il – comme il le dit ouvertement, de passer toutes ses nuits du mardi au vendredi, dans son camping-car, seul? J’ai compris : « le plus présent possible » peut aussi signifier « peu présent », finalement.  Pourvu qu’on ait l’image d’un bon papa – et que la maman, elle, reste à la maison tous les jours.

 

Vendredi

Fraises du Valais

Un grand compliment aux producteurs de fruits du Valais : sincèrement, je ne sais pas comment ils font, mais le temps ou leurs fraises arrivaient trop tôt sur le marché et n’avait aucun goût est définitivement révolu : les fraises du Valais qu’on trouve actuellement sur le marché, chez Coop et Migros et ailleurs, sont juste excellentissimes, mûres, gouteuses, et c’est le cas aussi pour les cerises et les framboises. Je me régale et je vous les recommande. Ce n’est pas seulement bon pour le palais, mais surtout pour la santé ! Plus besoin de lorgner du côté des fruits importés d’Espagne ou de France.

Commentaires

Monsieur Rothenbühler,

A propos de votre article sur l'eau potable:
Comme d’habitude ou presque voici un article sur l’eau qui dit une fois de plus, l’eau potable suisse est excellente et qu’en gros l’eau minérale n’existe pas et tout ceci n’est finalement que de la flotte. Une fois de plus, un article qui joue sur l’émotionnel ; pas vraiment d’investigations, de recherches en profondeur, voir sérieuses…
Les faits :
L’eau minérale est une appellation contrôlée avec un cahier des charges précis (minéralité stable, mise en bouteille sans traitement, dans son état originel)
L’eau du réseau qui est qualifiée d’eau potable ; il faut savoir qu’une grande partie de l’eau des villes viennent des lacs et afin que nous puissions la consommer, elle est traitée (chlorée etc.)
Les fontaines à eau :
C’est un moyen de consommer de l’eau minérale dans des bouteilles de 19 lt ou de 11 lt à même titre que les bouteilles en PET ou en verres. Les bouteilles sont précisément en polycarbonate et elles ont une durée de vie d’environ 3 ans, ensuite elles sont recyclées
Les fontaines au sein d’une entreprise sont elles inutiles comme vous le prétendez ? Non, évidement ! Il y a l’aspect santé sur le lieu de travail, elles facilitent l’accès à une eau de qualité car une bouteille de 19 lt ou de 11 lt une fois ouverte peut être consommée dans les 3 semaines donc un temps largement suffisant pour les consommateurs. En termes de transports, la société dont je fais partie utilise un réseau de distribution existant donc nous optimisons les transports déjà existants !
Le saviez-vous ?
Pour faire un litre de bière il faut 5 à 6 lt d’eau minérale ! Pour faire un soda il faut 4 à 5 lt d’eau
Alors si vous voulez être écolo buvez de l’eau minérale et de plus ça sera bien meilleur pour votre santé !!
Autres points…
Vous dites : « ce n’est pas normal que nous buvons de l’eau minérale étrangère, ça pollue…. »
Peut-être qu’un Italien pourrait vous répondre : « ce n’est pas normal que les Suisses exportent des montres et du fromage chez nous ça pollue… »
Vous dites : « l’Aston Martin, c’est le pied ! ». Pour ce cas l’écologie ce n’est pas grave !

A bon entendeur, salut
Eric

Écrit par : Torrent | 23/06/2009

Cher Monsieur Rothenbuhler,

L’information circule de plus en plus rapidement, les lecteurs sont avides de nouvelles croustillantes, prêts à défendre des causes futiles victimes de désinformation. La course au « scoop » fait rage et influence clairement le travail du journaliste qui est sensé faire des recherches, vérifier et recouper l’information afin, d’en offrir un éclairage aussi pertinent que complet. N’est-il pas de son devoir de communiquer des informations basées sur des faits et non des préjugés ? Devant le volume d’informations à traiter certains journalistes « juniors » pourraient être tentés de faire des raccourcis par manque de temps.
Monsieur Rothenbuhler en tant qu’ancien rédacteur en chef du Matin, j’attendais autre chose de votre part qu’une opinion dénuée de tout fondement, bref d’un jugement à l’emporte pièce ne fut-ce qu’à l’occasion d’un éditorial « journalistiquement » médiocre dont le titre est: « à propos de tout » que vous auriez aisément pu intituler « à propos de rien » voire même « à propos de tout mais j’en sais rien », ce qui aurait été le reflet parfait de son contenu.

En l’occurrence vous écrivez sur l’eau potable et manifestement vous n’avez pas effectué les recherches nécessaires et suffisantes pour émettre une opinion d’un autre niveau que celle avancée par des quidams au café du commerce après quelques verres ingurgités d’un quelconque liquide fallacieux (je n’ai rien contre les quidams…). Vous émettez une critique concernant les fontaines à eau ainsi que l’impact sur l’environnement de l’eau minérale. En effectuant un véritable travail de journaliste (à la recherche d’études d’impacts, de loi et d’autres informations que l’on trouve aisément dans toute bonne source digne de ce nom et qui étayent une opinion, c.f aussi rsr de ce jour) vous auriez conclu que l’eau du robinet ne pourra jamais être comparée à une eau minérale. En effet, le processus de fabrication est radicalement différent et le produit final également tant en terme de goût que de contenu, distinction par ailleurs mentionnée dans la loi Suisse. Vous auriez également conclu qu’entre deux produits comparables que sont l’eau minérale en bouteille PET réfrigérée et l’eau minérale réfrigérée par une fontaine la seconde solution est de loin celle qui a un impact le plus faible sur l’écobilan, pour un prix moyen quasi identique entre les deux formules. Votre critique sur les fontaines à eau étant ainsi nulle et non-avenue. Vous auriez aussi découvert au détour d’une étude d’impact sur l’environnement effectuée par les Service industriels de la région Zurichoise et à l’aide d’un calcul mathématique trivial, qu’un consommateur qui possède une fontaine à eau et qui boit 3dl/jour pendant une année (moyenne de consommation d’eau minérale par habitant en Suisse) correspond à un impact écologique et d’utilisation d’énergie d’une voiture faisant environ 60 km en une année !
Vous auriez également prêté attention à la remarque figurant dans l’étude qui dit je cite : « Il ne faut pas croire qu’on ménagerait de beaucoup l’environnement en renonçant à l’eau minérale ou en réduisant sa consommation d'eau potable. La consommation d’eau joue en fait un rôle très marginal dans l’écobilan global », ce qui ne veut pas dire qu’il ne faille pas faire d’effort je vous l’accorde. Le premier effort serait peut-être que vous évitiez de conduire une Aston Martin qui pollue autant qu’elle ronronne au feu rouge et qui pendant votre essai de quelques heures a couté plus en termes d’écobilan et financiers que ne couterait une fontaine à eau sur une année.
Mais cela vous ne pouviez pas le savoir… n’ayant toujours pas effectué de recherches sérieuses….Pour le reste de petites mesures au quotidien qui améliorent l’écobilan je vous laisserai cette fois-ci vous documenter et j’espère, prendre vos dispositions à moins que vous n’aimiez trop conduire ces bolides (tous comme j’aime boire de l’eau minérale). Je vous rassure conduire une Aston Martin n’améliore pas votre santé physique, psychique peut-être en assouvissant votre besoin de vous montrer. Le bénéfice pour la santé de boire de l’eau n’est en revanche plus à démontrer.

Vous n’avez également à mon grand regret pas le courage ni l’honnêteté intellectuelle d’aller au bout de votre raisonnement et je vais essayer de le faire à votre place avec la même (in)conscience professionnelle qui caractérise votre éditorial.

Les journaux en papier et notamment le matin et sa version bleue sont un désastre tant au niveau écologique qu’au niveau du coûts.
En termes d’écologie, plus de 1000 tonnes sont brulées chaque année rien que sur la ville de Lausanne je vous laisse imaginer l’impact dans la suisse entière, alors que pratiquement 100% des foyers et des entreprises sont connectés à Internet. La version papier est une totale aberration qui ne sert donc strictement à rien puisque tout peut-être publié sur Internet et à disposition de la population Suisse dans sa totalité sans discrimination. Là vous rétorquerez que certaines personnes, par habitude ou par goût préfèrent avoir du papier dans les mains, j’imagine que vous voyez ou je veux en venir. En termes d’écologie c’est votre produit papier qu’il faut éradiquer de toute urgence et là nous menons véritablement un combat qui rapporte en définitive une amélioration de l’écobilan au lieu de s’attaquer à d’autres acteurs qui en comparaison ne polluent pas….Je vous suggère d’en parler sur votre blog ou mieux encore dans le prochain édito de l’une des versions papier du Matin, vous allez faire fureur je vous l’assure !

En termes financiers je ne vois pas pourquoi le consommateur devrait payer CHF 2.- alors qu’il y a une version gratuite polluante et une version non polluante probablement moins coûteuse sur Internet. Quant aux annonceurs qui font (sur)vivre les titres je ne vois pas pourquoi ils devraient investir dans un produit victime de l’érosion de son lectorat pour le Matin et dont la version gratuite va sans aucun doute disparaître ! J’imagine que ce n’est en aucun cas lié à la qualité du produit. Utilisons Internet pour lire nos quotidiens c’est (pour reprendre vos estimations approximatives sur l’eau) 10 fois (et je suis loin de la vérité) moins cher et 100 fois (au moins !!)plus écologique ! CQFD

De grâce Monsieur Rothenbuhler cessez d’induire en erreur votre lectorat cela nuit à votre crédibilité et celle du titre. Si comme les sportifs vous ne deviez plus être en forme suffisante pour écrire sur des sujets susceptibles de vous intéresser vous encourageant à vous documenter, retirez vous pour pratiquer des hobby écologiques et peu coûteux….

Bien à vous

Oscar Guments un consommateur d'eau minérale en bonbonne satisfait

Écrit par : Oscar Guments | 24/06/2009

Les commentaires sont fermés.