27/10/2009 17:57 Publié dans Le Journal (notes quotidiennes) | Lien permanent | Commentaires (1)

Yes, you can, M. Brélaz

 

 

Peur du MCG

Lausanne fait enfin la chasse aux dealers...

la victoire éléctorale du Mouvement des Citoyens Genevois (MCG) de Eric Stauffer a fait l'effet d'une bombe, jusque dans le canton de Vaud. Eric Stauffer a promis de faire disparaître les dealers de drogue et les mendiants en moins de deux mois si on le laisse diriger les opérations.

Il a aussi promis de conquérir le pays de Vaud, d'y fonder un Mouvement des Citoyeny Vaudois.

Premier effet de cette annonce: du coup, les autorités lausannoise mettent la deuxième et la troisième vitesse dans la lutte contre les dealers de drogues qui squattent Bel Air, Riponne, Saint Laurent et depuis peu la Rue de Bourg.

Jusqu'à maintenant, les excellents articles, reportages et commentaires de 24heures sur le sujet, les protestations de citoyens, les diverses interpellation et motion de parlementaires inquiets n'ont eu que peu d'effets. La police a fait des razzias coup de poing pour amuser la galerie - et les médias, mais il n'y a eu aucune comncertation efficace entre les différents pouvoirs compétents, municipalité, police, pouvoir judiciaire, pour nettoyer le centre de la ville de cette "racaille" comme dirait Sarkozy.

Il fallait la menace du MCG pour qu'enfin ça bouge. Le municipal de police Vuilleumier, un bon type, sympa, promet enfin un programme, des nouveaux flics s'occuperont des dealers, le syndic Brélaz se plaint de la lenteur et du manque de sévérité des juges. Et annonce que "notre lutte doit tendre à l'éradication du marché, même si c'est impossible". 

C'est toujours ça, disait la souris qui faisait pipi dans le Léman. Attendons de voir si ces effets d'annonce seront suivis d'actes efficaces. Pour le centre de Lausanne, il y a urgence....

D'ailleurs, la formule de Brélaz est assez intéressante, elle mérité le Prix Champignac, c'est pourquoi je la répète: "Notre lutte doit tendre à l'éradication du marché, même si c'est impossible." 

Il veut dire: il est impossible de faire quelque chose, mais essayons quand même...

Je ne perds pas l'espoir.

 

      

 

  

 

 

 

 

Commentaires

C'est vrai que ces actions semblent peu concertées et qu'il restera toujours suffisamment de trous dans les mailles du filet pour permettre aux dealers de subsister. Pour avoir une chance de réussir, une attaque est nécessaire sur tous les fronts: en amont, au niveau des trafiquants et importateurs, sur place, au niveau des dealers, notamment en les harcelant au point de les faire partir (comme dans le Bronx)et enfin au niveau des consommateurs auxquels il faut aussi pourrir la vie. Seule une action simultanée à tous ces niveaux aura une chance de succès.

Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait.
(Mark Twain)

Un peu d'humour:

Un habitant du centre de Lausanne: allô, la police, il y a des dealers au bas de mon immeuble !
La police: désolé, nous n'avons pas d'instructions à ce sujet et nous n'avons pas de moyens pour intervenir !
Un habitant du centre de Lausanne: ce que je voulais dire, c'est que leur voiture est mal garée sur le trottoir !
La police: alors là, c'est différent, on envoie quelqu'un !

Écrit par : Spoerli | 28/10/2009

Les commentaires sont fermés.