02/11/2009 09:24 Publié dans Le Journal (notes quotidiennes) | Lien permanent | Commentaires (3)

Cafés sans fumée qui se plaignent- eh bien, qu'ils meurent

 

Epurer le marché:

Les cafés qui n'ont pas d'autres raison d'être que de servir de fumoir à l'heure de l'apéro, doivent repenser leur offre.

Les jérémiades de certains cafetiers qui pensent perdre des clients à cause de l'interdiction de fumer m'on tinspiré trois remarques:

-Je salue le courage du président de GatsroNeuchâtel, Michel Vuillemin, qui a enfin osé dire une certaine vérité - très peu politiquement correcte: "Cette loi (interdictiond e fumer) va épurer le marché", "il y a trop de bistrots dans ce pays", "ceux qui se sont contentés d'enlever les cendrier en rouspetant méritent de fermer". Evidemment, il a été exclu de GastroSuisse, parce que cette société a pour seul but de défendre l'existence de tous les cafés, même les plus mal gerés.

-De passage à Zurich, j'étais supris de sentir de la fumée de cigarette dans un bon restaurant. Ca pue...On s'habitue tellement vite à l'air frais, à une ambiance qui permet de déguster son repas sans interférences nocives. Pour une fois Zurich a du retard par rapport à la Suisse romande. Si vous trouvez qu'il faut revenir à la fumée partout, allez respirer l'air dans les cafés de la gare, par exemple, c'est infecte, et bientôt historique, heureusement.

-J'observe avec un certain amusement l'engagement des journalistes pour la cause des fumeurs. Eux, qui sont normalement toujours du côté des apôtres de l'environnement, du bio, de la santé, bref du côté de ceux qui aimeraient construire un monde meilleur. Dans cette lutte contre le cancer des poumons, contre l'air pollué dans les lieux publics, pour le droit à respirer un air propre, ils sont très partagés: parce que tout en défendant les bonnes causes, ils sont en majorité en contradiction totale avec ce qu'ils prêchent, sur le plan personnel. Les fumeurs sont encore très nombreux dans notre profession. En revanche, les alcooliques sont en nette diminution, depuis quelques années. 

Les restaurants et bistrots que je fréquente se portent très bien avec l'interdiction de fumer. Et le personnel respire...

 

 

  

 

 

 

Commentaires

Heureusement que dans les bistros de village il existe encore des arrières salles où les retraités peuvent taper le carton, fumer en toute quiétude sans être harcelé par les terroristes anti-fumeurs. D’ailleurs jamais un policier municipal ne se pointe dans ce genre de bistro de peur des représailles des joueurs de cartes qui eux savent se défendre en ameutant tous les membres de la société de chasse, de la fanfare, de la société de gymnastique sans oublier le club de foot qui évolue en 4ième ligue. Les autorités communales recevant des plaintes de ceux qui votent réfléchissent à deux fois avant d'applique une loi liberticide, il en va de leur réélection.

A qu’il fait bon vivre dans un village, loin des emmerdeurs urbains.

Écrit par : Hypolithe | 06/11/2009

à poil, à poil, à poil Rothenbühler

... que je t'éteinge une cigarette sur le pfifer


Un fumeur

Écrit par : Un fumeur | 19/11/2009

je ne suis pas une fumeuse ni buveuse, mais je pense qu'il faut respecter les non fumeurs.
j'ai perdu 3 personnes de ma famille suite a un cancer des poumons, ils etaient tous les fumeurs...
malgre l'augmentation du prix des cigarettes, la campagne anti tabac ou l'interdiction du fumer dans les lieux publics...ne peuvent pas empecher les fumeurs de continuer a detruire leur sante.

pardon j'ecris sans les accents car je suis domiciliee au Royaume uni.

Écrit par : Cattleya | 26/11/2009

Les commentaires sont fermés.