11/01/2010 17:46 Publié dans A propos de tout (ma chronique dans Le matin) | Lien permanent | Commentaires (4)

Claude Béglé, le monstre

Le "monstre» Claude Béglé

kQuand on lit ce qui se dit au sujet du nouveau président de La Poste suisse, on en arrive à cette conclusion: Claude Béglé est un monstre. Et il a tout faux. Puisque tout le monde le dit! Personne ne pose la vraie question: à part donner un gros coup de balai dans une administration sclérosée, à part virer un CEO qu’on lui a imposé, qu’a-t-il fait de si grave? Rien du tout! Il a juste dit que La Poste ne pouvait survivre et remplir ses missions en Suisse que si elle trouve de nouvelles sources de revenus. Dans la finance et à l’étranger. C’est aussi logique que de boire quand on a soif. Ce n’est ni original ni révolutionnaire. On lui reproche aussi d’avoir dit que La Poste devrait devenir comme Nestlé. Et alors? Nestlé est une entreprise qui réussit, et comment. Le débat autour de Béglé témoigne d’un manque de confiance (tragique!) des Suisses en leur capacité de réussir à l’étranger. Laissons-le d’abord développer ses idées, les valider par les instances compétentes (il y en a suffisamment, ma parole), avant de dire que ce n’est pas l’homme qu’il faut.

Commentaires

L'administration sclérosée, c'est le paysage journalistique romand que vous représentez.

Vivement la relève.

Et vite.

Écrit par : Aton Ävis | 18/01/2010

La Poste Suisse ® © et non comme vous dites, écrivez : La Poste suisse...

La Suisse à plus le droit à une majuscule qu'une poste quelconque du monde, même si elle est libéralisé et "sans fausse concurrence"... ne vous en déplaise

Écrit par : Rensk | 24/01/2010

Tu as raison. Tu assures. Je pense revenir, jaimerai avoir un site comme celui que tu as fais. Excellent travail, j ajoute votre blog à mes favoris. Bonne continuation et longue vie à votre blog !

Écrit par : Cinema | 23/03/2010

Très intéressant je reviendrais à l'occasion pour lire vos mises à jours.

Écrit par : Streaming megavideo | 01/05/2010

Les commentaires sont fermés.