25/01/2010

Les mendiants rom

Les vrais coupables

C’est bien et gentil. Charles Beer a décidé de ramasser les enfants roms mendiant dans les rues de Genève et de les mettre au chaud et à l’école. Mais on peut se demander pourquoi les autorités s’attaquent d’abord aux enfants et à leurs mamans, qui sont si faciles à cueillir sur les trottoirs. Et pourquoi pas aux hommes dont elles sont victimes. Ces messieurs fainéants et sans scrupule qui exploitent des femmes, des enfants et des handicapés en les envoyant faire la manche. C’est eux qu’il faut coffrer et éventuellement envoyer à l’école, derrière des barreaux de préférence, pour y apprendre que le travail des enfants est strictement interdit chez nous, et l’instigation au vol et à la mendicité également. Naturellement, ces messieurs dans leurs grosses voitures 4×4 aux vitres fumées sont plus difficiles à identifier et à cueillir que des mamans assises par terre.

Cherche appart

 Valérie Garbani, ex-présidente de la Ville de Neuchâtel, est montée sur scène. Et – bonne nouvelle – elle n’en est pas tombée… Il paraît qu’elle a un vrai talent de comédienne. Dans la revue locale de Bouillon, elle a joué un flic porté sur l’alcool. Faut le faire, quand on a quitté sa fonction de conseillère communale pour avoir trop bu et attaqué des policiers à la sortie d’un bistrot. La Neuchâteloise a aussi trouvé un nouveau job, elle travaille depuis octobre pour la Gérance immobilière de la Ville de Genève. Mais elle n’a pas encore pu déménager. Elle dit qu’il est impossible de trouver un appart à un prix raisonnable à Genève. Même pour elle? Qui travaille à la Gérance immobilière de la ville? A-t-elle vraiment cherché?

UBS sponsor du PS

k Les grandes banques suisses étaient traditionnellement les meilleurs soutiens financiers des partis bourgeois. Aujourd’hui, elles ont viré de bord: elles sont devenues sponsors du Parti socialiste, des Verts et des gauches diverses. Sans leur verser un seul centime. Simplement en offrant de nouveau de gros bonus à leurs cadres, malgré les aides de l’Etat en pleine crise financière. C’est le meilleur moyen pour pousser les citoyens à voter socialiste et à signer toute initiative demandant une limitation des bonus et des activités bancaires à risque. Le PS doit dire merci à UBS et compagnie.

La barrière du foie gras

Cette année, pendant les Fêtes, j’ai eu un petit choc culturel: normalement, c’est mon beau-frère du sud de la France qui apporte le foie gras et les huîtres, et on se régale en se moquant des Suisses allemands qui renoncent depuis quelques années au foie gras parce que les protecteurs des animaux les ont convaincus que le gavage des oies était une torture inacceptable. Cette année, mon beau-frère n’a pas apporté de foie gras. Il a vu un documentaire français sur le sujet et s’est juré de ne plus jamais y toucher. Si les Français se mettent aussi à bannir le foie gras et les cuisses de grenouilles des bonnes tables, nous serons bientôt les seuls «barbares» à déguster ces délices. Heureusement, mon ami Philippe R. a pu me dépanner.

                       

Je publie volontiers ici la réaction d'une lectrice qui n'est pas d'accord avec moi. Je promets aussi de consulter les vidéos qu'elle mentionne pour revenir ensuite sur la question.

  "Monsieur Rothenbuehler,
 
      Toutes mes félicitations à votre beau-frère qui n'a plus apporté le foie gras et qui n'y touche plus jamais !
Il a bien raison ! Torturer les animaux et manger leurs foie rendu malade pour la gourmandise de l'homme est 
effectivement intolérable ! Savez-vous que la quantité de maïs d'un seul gavage équivaudrait, pour un humain, à une ingestion subite de 10 kg de nourriture ?
     
      Votre article de ce sa. 23.01.10 m'a attristé et déçu car je vous croyais justement sensible à la cause animale.
Après la lecture de votre article également apparu dans la rubrique "A propos de tout" un sa. 3. mai 2008 avec le titre
"Et les cochons, et les poules ?" j'étais enchantée et lisais "Le Matin" du samedi avec plus de plaisir ! Dommage que votre beau-frère n'a pas d'influence sur vous, étant français il a autant plus de mérite de renoncer à la consommation de foie
issu d'animaux gavés qui devrait donner la nausée à chaque individu doté d'un peu de compassion pour la souffrance des animaux ! Je vous conseille de regarder vous-même un documentaire à ce sujet ou - encore mieux- aller sur place !
 
                     Veuillez agréer, Monsieur, mes meilleures salutations
 
                                  Dorothée Pioud   1080 Les Cullayes"   

20/01/2010

Béglé, le Romand

 

Chers Romands,

ne voyez surtout pas en Claude Béglé la pauvre victime romande écrasée par des méchants lobbys et médias alémaniques qui ne supporteraient pas voir à la tête de la poste un Romand. Ce n'est pas le Romand Béglé qui a échoué, c'est Béglé le grand voyageur, le polyglotte qui a justement perdu le sens des proportions helvétiques et romandes qui s'est cassé le nez.

Prétendre que c'est au Romand qu'on en a voulu, c'est penser qu'être Romand constitue un handicap au départ pour toute carrière nationale. Et c'est penser qu'il existe des courants anti-Romands en Suisse allemande, en particulier dans les médias. Or, c'est faux.

Les Romands de qualité, les fortes personnalités ont au contraire un certain bonus auprès des Alémaniques, on les aime pour leur savoir-vivre et leur tempérament, et on leur passe même des erreurs qu'on ne pardonnerait pas à un Zurichois. Prenez Christophe Darbellay, s'il était né à Zoug, il subirait les tirs croisés (et mortels, professionellement parlant) des médias zurichois pour ses mouvements d'opinion incohérents.

Il existe beaucoup d'exemples de personnalités fortes romandes qui ont su s'imposer à Berne ou à Zurich.

Prenez Charles Kleiber, prenez Nicolas Bideau, prenez les présidents de parti Levrat et Darbellay, et prenez le Suisse de l'année, le chirurgien Prêtre, des Romands pur sucre.

Claude Béglé a échoué pour d'autres raisons. Dès sa nomination, ça sentait l'échec, l'homme a trop voulu, il a trop parlé, il se voyait Roi Soleil sans être assuré du soutien des nombreux vassaux, petits ducs et courtisans qui font la pluie et le beau temps dans la Berne administrative. Et malgré tout le charme qu'il dégage, on ne peut ignorer qu'il a tout simplement eu un comportement inadéquat pour un grand commis de la Confédération.

Puis, rencontrant une opposition farouche, une presse critique et un réseau redoutable de vieux socialistes autour de Osswald Sigg et Ulrich Gygi qui étaient opposés dès le départ à sa nomination et ont alimenté la presse dominicale de détails croustillants (mais jamais vraiment scandaleux) sur le passé de Béglé, il a cru pouvoir gagner par la parole, par les arguments, par les démentis, par la franchise et la conviction. Alors que le pouvoir est un jeu de réseaux, de soutiens discrets. Il s'est aussi trop tard entouré de conseillers en communication.

 

 

 

  

 

 

11/01/2010

Claude Béglé, le monstre

Le "monstre» Claude Béglé

kQuand on lit ce qui se dit au sujet du nouveau président de La Poste suisse, on en arrive à cette conclusion: Claude Béglé est un monstre. Et il a tout faux. Puisque tout le monde le dit! Personne ne pose la vraie question: à part donner un gros coup de balai dans une administration sclérosée, à part virer un CEO qu’on lui a imposé, qu’a-t-il fait de si grave? Rien du tout! Il a juste dit que La Poste ne pouvait survivre et remplir ses missions en Suisse que si elle trouve de nouvelles sources de revenus. Dans la finance et à l’étranger. C’est aussi logique que de boire quand on a soif. Ce n’est ni original ni révolutionnaire. On lui reproche aussi d’avoir dit que La Poste devrait devenir comme Nestlé. Et alors? Nestlé est une entreprise qui réussit, et comment. Le débat autour de Béglé témoigne d’un manque de confiance (tragique!) des Suisses en leur capacité de réussir à l’étranger. Laissons-le d’abord développer ses idées, les valider par les instances compétentes (il y en a suffisamment, ma parole), avant de dire que ce n’est pas l’homme qu’il faut.

Pas de SMS à Nouvel An

Pas de SMS à Nouvel-An

k J’apprends que 110 millions de SMS et MMS de vœux de bonne année ont été envoyés! Et, moi, je n’en ai reçu que deux. Alors que les années précédentes, ça n’arrêtait pas. Mon téléphone n’était-il pas chargé? Ma cote de popularité est-elle en baisse? Finalement je me suis dit: «Tu n’envoies jamais de SMS à Nouvel-An, voilà que les autres ne pensent plus à toi. «Or j’ai découvert qu’il y a une tout autre raison: les gens qui ont un peu d’avance sur l’évolution des mœurs (parmi lesquels je compte tous mes amis, eh oui) n’envoient plus de SMS à Nouvel-An. Ce n’est plus tendance. D’autres personnes me l’ont confirmé: cette année, elles n’ont pas reçu un seul vœu de bonne année par SMS. C’est comme pour le champagne: on n’en boit plus (moins 30% de ventes!). Il a été remplacé par le prosecco, moins cher et aussi bon. Par contre, les décorations lumineuses des maisons, sapins, barrières de jardin, c’est vraiment in, une véritable pandémie. Et avez-vous vu tous ces rennes partout, sur les toits des garages, dans les vitrines, devant les villas? Des rennes en Suisse? J’imagine le Père Noël dans sa cabane du Risoux qui murmure dans sa barbe en préparant sa luge: «J’aurai l’air ringard, devant les gosses, avec mon âne…» Les rennes, c’est la CIA, je vous le dis, après l’Irak, l’Afghanistan, le Yémen, les Américains occupent nos jardins!

Darius papa

Un bébé sans Marie...

k On a connu le bébé de Marie qui n’avait pas de père sur Terre (en l’an 0000), maintenant on nous raconte (par exemple dans L’Illustré) l’histoire du bébé de Marie qui a un papa mais pas de maman, du moins en photo. Darius Rochebin devient papa. Son bébé s’appellera Lou ou Loup, le petit lit est déjà fait, les nounours achetés, les layettes aussi, on voit Darius partout, mais jamais la future maman. Il paraît qu’elle existe vraiment, qu’il ne s’agit pas d’une grossesse nerveuse de notre Darius national. Mais on vit une époque ou les magazines people se contentent de montrer les heureux pères seuls. Avant Darius, il y avait Christophe Darbellay et Jean-Charles Simon. Drôle de monde.

09/01/2010

Lieber Claude Béglé

Parait le 10 janvier dans Sonntagszeitung:

 

Lieber Claude Béglé,

Ich muss immer an Rübezahl denken, wenn ich Artikel über Sie lese, den König der Gnome, der mit seinem Riesenprügel das scheue Wild vor sich her hetzt und ins tiefe Tal stürzen lässt. Sie hätten wohl nie gedacht, dass man in der Schweiz so schnell zum Bölimann wird, ohne das geringste verbrochen zu haben, resp. nur das, was jeder andere auch getan hätte : ankündigen, dass die Post Ihren Pflichten im Inland künftig nur nachkommen kann, wenn sie sich neue Geldquellen erschliesst, zum Beispiel im Finanzbereich (am besten mit Banklizenz) oder im Ausland. Das ist so folgerichtig wie trinken bei Durst. Weil Sie jetzt auch ein bisschen für die nötige Zugluft sorgen, ein paar Bremser über Bord werfen, wird in Bern schon über Ihr Schicksal gerätselt. Und Sie ? Lächeln fröhlich vor sich hin. Was natürlich gar nicht zu einem Laden passt, der lange von einem Mann mit « Zwanzgabachti »-Miene repräsentiert wurde. Mich alarmiert am meisten diese Furcht der Politiker vor einem möglichen  « Ausland-Abenteuern ». Da fräsen ausländische Postdienste wild durch unser Land. Und wir, die kleinen Schweizer, sollen  zu blöd sein, um unsere Post zu einem globalen Unternehmen zu machen. Ihre grösste Sünde soll ja sein, dass Sie die künftige Post mit Nestlé verglichen haben. Also mit einem extrem erfolgreichen, international tätigen Schweizer Unternehmen. Geplantes Scheitern ist offenbar populärer bei uns.  Dieser tragische Minderwertigkeitskomplex der Schweizer ist das Problem. Und nicht Ihre Visionen.  Aber wem sag ich das ?

Herzlich

Peter Rothenbühler

La plus haute tour

LA PLUS HAUTE TOUR

k A Dubaï, on a inauguré le plus haut gratte-ciel du monde, 828 mètres de haut, 160 étages, 50 ascenseurs. Fantastique. Mais avant d’acquérir un appartement de luxe dans cette nouvelle merveille, je vous conseille d’examiner les trois critères prioritaires pour estimer la vraie valeur d’un objet immobilier: le lieu, le lieu, le lieu! Que voyez-vous en sortant de cette tour, au rez: l’autoroute, le désert, le néant, la désolation parfaite. C’est comme un EMS en rase campagne… Tristounet.

All the posts