23/03/2010 10:44 Publié dans Le Journal (notes quotidiennes) | Lien permanent | Commentaires (1)

Pédophilie et célibat

 

 

L'abus d'autorité, de confiance est plus grave encore

Arrêtez de discuter à longueur de journée et d'émissions de radio si'il y a une relation de cause à effet entre le célibat des prêtres et les cas de pédophilie.

Evidemment qu'il y a un rapport.

Et évidemment qu'il y aussi des pédophiles parmi d'autres professions, même parmi des gens mariés.  

Mais le problème est bien plus grave au sein de l'église parce que les fautes commises par des individus ont été accompagné d'un abus d'autorité, d'un abus de confiance qui pèsent d'autant plus lourd que les hommes d'églises sont des porteurs de messages de moralité, ils sont par leur fonction parmi les premiers à qui l'on croit pouvoir faire confiance jusqu'à leur confier des enfants. Les prêtres pédophiles ont commis leurs actes en soutane, donc dans leur fonction officielle, et le pire, c'est que la hiérarchie les a couverts jusqu'au 21 siècle, donc la pédophilie a été pratiquement acceptée comme faisant partie du système de l'église. Voilà le véritable scandale. Et voilà ce qui fait le plus mal.

Evidemment qu'il y a des cas d'abus sexuels parmi d'autres catégories professionelles en contact avec des enfants, les prof de gym, les chef éclaireur, les entraineur de foot, les assistant sociaux et même les babysitter.

Et là aussi, pendant longtemps, des abus ont été cachées, des victimes intimidées...

Mais la seule profession qui exerce d'abord une fonction morale dans la société, qui représente et répand des règles de conduite - justement en matière sexuelle - ce sont les personnes dépendantes de et travaillant pour le Vatican. D'elles on devait  attendre un comportement moral exemplaire. C'est pour cela que la société les juge plus sévèrement que toutes les autres catégories, et à juste titre.    

On n'a pas fini de parler des fautes de l'église, et je dirais des églises au pluriel.

 

 

  

Commentaires

Il semblerait que le célibat des prêtres ait été institué par Rome, non pour des raisons religieuses, mais économiques et politiques : en privant les prêtres de descendance, on évitait que les biens de l'Eglise ne sortent de celle-ci, et on accroissait sa puissance. Peut-être un lecteur plus versé en théologie pourra-t-il confirmer ce point.

Si c'est véritablement le cas, alors on peut se demander pourquoi le Vatican n'est pas plus ouvert au débat sur le sujet. Même en mettant de côté le débat empoisonné sur la pédophilie, il est intéressant de constater que le christianisme parvient fort bien à prospérer avec des ministres du culte mariés. A preuve, les protestants, les orthodoxes et même les catholiques avant l'entrée en vigueur de cette règle, qui n'a pas toujours existé.

Écrit par : Robert Marchenoir | 24/03/2010

Les commentaires sont fermés.