31/05/2010

Sang Bleu

Sang BleuB6F6B96EE502B60BA27452AE33C063BF.jpg «Sang Bleu»

 Si vous voulez acquérir un chef-d’œuvre de l’art contemporain pour moins de 100 francs, achetez le magazine Sang bleu (66 francs chez Payot), un pavé de 550 pages qui s’occupe en priorité de tatouage, mais aussi de mode, de photo, de dessin, enfin de tout ce qui bouge dans l’avant-garde de la culture visuelle. C’est probablement le plus beau magazine international dans son genre. La qualité de la photo, de la typo, de la mise en page et de l’impression, c’est juste époustouflant. Une vraie découverte. Un collector. Et le comble: ce magazine hypertendance ne vient pas de Londres, de Tokyo ou de New York, mais de Lausanne. Son rédacteur en chef s’appelle Maxime Buechi.

Sepp Blatter for ever

Sepp for ever

 Sepp Blatter, président de la FIFA (Fédération internationale de foot), est un homme très puissant. C’est probablement le Suisse le mieux reçu dans le monde entier, mieux que certains chefs d’Etat. Il a 74 ans et annonce qu’il briguera un nouveau mandat de quatre ans en 2011. Et, naturellement, les critiques lui reprochent de s’accrocher et lui recommandent de céder la place à un homme plus jeune. Seulement voilà, la Suisse a tout intérêt à soutenir la candidature du Valaisan, parce que d’abord il a fait du bon boulot. Et puis il faut penser qu’après son départ il n’y aura plus de Suisse à la tête de la FIFA, pour très, très longtemps. Dans le sport, on doit se montrer patriote, soutenir son équipe. Sepp, c’est notre homme!

La coloscopie

La coloscopie

 Après cinquante ans, on devrait se soumettre à la coloscopie, un examen de l’état de santé du côlon (gros intestin). Le cancer du côlon est l’une des causes de mortalité les plus fréquentes après les maladies cardio-vasculaires et le cancer du poumon. J’avais des appréhensions. Suivre un régime pendant trois jours, boire trois litres d’un breuvage dégoûtant pour vider (entièrement!) le côlon (la veille de l’examen), un tuyau avec une caméra au bout qu’on vous enfile par-derrière à l’hosto, ce n’est pas mon truc. Aujourd’hui, je peux rassurer tout candidat à l’examen: le breuvage n’est pas pire que le café au lait servi dans certains hôtels (du nord), la «vidange» se fait sans problème et pendant l’examen vous dormez comme un bébé. Et les photos, juste géniales: un côlon propre, c’est beau comme les grottes de Vallorbe.

Hainard, la hache

Hainard, la hache

 Pas un jour sans nouvelles sur la vie et le travail du «shérif» Frédéric Hainard , 34 ans, ministre de l’Economie du canton de Neuchâtel. Aujourd’hui, il avoue devant les caméras de la télévision locale (et «en exclusivité») qu’il entretient «une relation amoureuse avec une collaboratrice». Après un mois de rumeurs à ce sujet, il ne pouvait pas faire autrement. Pour les pros de la communication, son cas servira longtemps comme exemple du «how not to do»! D’autres grands hommes d’Etat tombés amoureux de leurs collaboratrices, Berlusconi ou Clinton par exemple, savaient que des aveux publics doivent toujours être accompagnés d’une demande de pardon publique auprès de l’épouse et des enfants. Mais bon, Hainard est différent: il explique dans L’Illustré sa façon d’agir: «Je décide parfois à la hache» et «je ne suis pas un shérif. Plutôt un ranger, je n’hésite pas à mettre les pieds dans la m…» On dirait même qu’il la cherche, la m…, pour mettre les pieds dedans.

 

25/05/2010

Liebe Nora Illi

Liebe Nora Illi,

Zuerst hielt ich Sie für einen Werbe-Scherz von Kurt Illi (zur Gewinnung saudischer Touristinnen). Aber Ihr Titel «Frauenbeauftragte des Islamischen Zentralrats Schweiz» signalisiert Wichtigeres. Wenn auch nicht viel dahinter steckt, wie man in Muslim- Kreisen erfährt. Die gehen eher auf Distanz: «Konver- titin, Ex-Punk, redet anstelle des Mannes, keine von uns». Aber für ernste Interviews über die Burka sind Sie natürlich die ideale Gesprächspartnerin, inklusive Gaffertest und Fotos. Die Frage ist nur, wem das nützt.

Mit Ihrer schwarzen Niqab – Totalverhüllung mit Augenschlitz – sehen Sie wirklich aus wie das leib- haftige SVP-Plakat. Zufällig sah ich am Tag, als Sie gross in der Zeitung waren, dort auch die Starletts von Cannes, ganz klein. Und fragte mich, was gottgefälliger ist: der Mensch, wie Gott ihn schuf – oder total verhüllt? Feigenblatt oder Niqab? Und dachte: Die Extreme gleichen sich. Wer völlig enthüllt oder völlig verhüllt posiert, tut im Prinzip dasselbe: Er stellt sich zur Schau mit der Absicht, wilde Fantasien zu nähren. In beiden Fällen wird die Frau nicht als Mensch gezeigt, sondern als potenzielle (Sex-)Bombe.

Übrigens: Ich halte Sie für ungefährlich. Als Tochter eines Psychotherapeuten und einer Sozialarbeiterin geht es Ihnen vermutlich eher darum, den Eltern zu missfallen, als Allah zu gefallen. Man nennt das verlängerte pubertäre Krise. Keine Sorge: Das geht vorbei.

Freundliche Grüsse, Peter Rothenbühler

«Es geht eher darum, den Eltern zu missfallen, als Allah zu gefallen»

 

Paru dans "Sonntagszeitung", le 23 mai 2010

Arrêtez la musique!

Pollution musicale

 On peut fermer les yeux, mais on ne peut pas fermer les oreilles: la musique y entre comme elle veut. Epargnez-nous l’arrosage permanent et omniprésent de musique. Surtout d’une musique de mauvais goût, jouée beaucoup trop fort. Le pire que j’aie vécu ces derniers temps, c’était la musique du Cirque Knie. Les numéros sont excellents, les chevaux, les clowns, les artistes, tous de première qualité. Mais j’aurais dû apporter des boules Quiès: du début à la fin, c’était boum, boum, boum et dzoing, dzoing, dzoing, toujours très fort, comme si on se trouvait dans une disco. La poésie a foutu le camp – à cause de la musique. (J’ai pensé avec nostalgie à la trompette de Gelsomina.) Et l’autre expérience, c’est un petit-déjeuner au restoroute de Bavois, avec son excellent buffet, sa vue splendide sur le paysage. Là aussi, c’était boum, boum, dzoing, dzoing. Affreux.

Enfin un vrai mec!

Mister Suisse

 Enfin un vrai mec! Il faut le signaler: le Mister Suisse de cette année a été bien choisi, et on peut – enfin – dire qu’avec lui le concours des Mister, qui avait toujours un côté ridicule, atteint enfin le niveau de celui de Miss Suisse, où les candidates sont depuis quelques années de jeunes femmes jolies, évidemment, mais surtout cultivées qui passeraient tous les tests d’intelligence haut la main. Après le Mister 2009 André Reithebuch, qui ne savait ni lire ni écrire et pensait que la Seconde Guerre mondiale avait eu lieu en 1900, son successeur Jan Bühlmann, Mister 2010, est non seulement grand, beau et fort, mais aussi instruit. Il lit Kafka et Goethe, prend des leçons de piano depuis tout petit, fait du théâtre et s’exprime comme un pro à la télévision. En plus, il a un corps d’athlète. Fini donc les gringalets, les garçons androgynes ou rustres et incultes des années passées. J’ai juste une seule petite inquiétude: Jan dit qu’il vit seul depuis six mois. Je connais peu de personnes de son âge qui ne fréquentent pas une fille… ou un garçon.

Nora Illi exhibitionniste

Nora Illi l’exhibitionniste

 Elle commence à m’irriter, la «déléguée à la question des femmes» du «Conseil islamique central». Nora Illi, cette jeune Suissesse convertie à l’islam qui porte le niqab, justifie la polygamie («pour être plus près d’Allah») et donne des interviews à gauche et à droite. C’est une véritable caricature de la femme soumise, on dirait qu’elle a été engagée par les publicitaires de l’UDC. A chacune de ses interviews, elle dessert encore un peu plus les intérêts de cette grande majorité de vrais musulmans qui sont intégrés dans notre société tout en respectant quelques rites et traditions de leur religion. D’ailleurs, si elle voulait vraiment obéir à la lettre – et sans tenir compte de l’évolution de la société – aux paroles du Prophète, elle devrait commencer par se taire. Et ne pas parader devant les photographes, avec ou sans enfants, ni multiplier ses apparitions sur les plateaux de télévision. Ce que fait Mme Illi, c’est de l’exhibitionnisme. Je ne vois pas une grande différence entre elle, qui exhibe son déguisement, et une bimbo qui se montre nue, les deux nourrissent intentionnellement des fantasmes. Quand on sait qu’elle est fille d’un psychothérapeute et d’une assistante sociale, on s’imagine facilement qu’au fond de son âme ce n’est pas tant pour plaire à Allah qu’elle fait tout ce manège, mais pour profondément déplaire à ses parents. On appelle cela une crise d’adolescence prolongée.

19/05/2010

Outer les politiciens homosexuels?

 

La burqa sociale

Faut-il "outer" les politiciens et politiciennes homosexuel(le)s?

Ou: faut-il enfin ôter la burqa sociale aux partenaires de nos politiciens homosexuels?

Je lis (sur le site "Les Quotidiennes") ce que pense Manon Pulver, rédactrice en chef d'un magazine gay:

« Dans les milieux de l’art, de la culture, du show-biz,  des personnalités dévoilent leur homosexualité au grand jour plus facilement», fait remarquer Manon Pulver. La rédactrice en chef du magazine 360° souligne l’importance des « modèles d’identification positive » auprès des jeunes homosexuels et lesbiennes, souvent en perte de repaire au moment de l’adolescence.
« Il est vrai que la politique est un ciment social. Les hommes et les femmes qui font campagne, sont élus ou dirigent des exécutifs, représentent aussi de belles figures d’identification. Leur coming-out peut être vu, entendu comme un signal favorable pour  un(e)  jeune qui souhaite développer des activités sociales ou publique. Il s’agit d’un élément important pour l’intégration de la communauté homosexuelle. »
Manon Pulver nuance toutefois. Le respect à la vie privée doit, selon elle, prévaloir sur toute autre attitude. « Non ! Pour rien au monde, il serait souhaitable de « outer » des personnalités politiques ou autres contre leur gré. Et même de les enjoindre à le faire. Cela doit procéder d’une démarche strictement personnelle. Exactement comme le droit de faire de la politique et de ne pas avoir d’enfants. Au nom de quoi les gens appelés à s’occuper des affaires publiques devraient-ils correspondre à un schéma familial ou à toutes autres formes de modèle conservateur ? »

Je suis d'accord quand elle dit que les coming-out des élus homosexuels peuvent être vu comme un signal positif pour un(e) jeune homosexuel(le).

Je ne suis pas d'accord quand elle dit que dans les milieux de l'art, de la culture et du show-biz les personnalités dévoilent leur homosexualité au grand jour "plus facilement" qu'en politique.

C'est vrai pour la Suisse romande, malheureusement.

Mais pas pour Berne, Zürich, Bâle ou les cantons de Suisse centrale ou il est entré dans les moeurs depuis très longtemps de parler très librement de l'orientation sexuelle des élus qui eux, n'ont aucune honte à se présenter partout avec leur partenaire du même sexe.

Mme Pulver dit aussi qu'il ne faudrait surtout pas enjoindre les politiciens à se "outer". Pas d'accord non plus.

Evidemment, les élus sont libres de vivre avec qui ils veulent, d'avoir des enfants ou pas, la décisions leur appartient, mais les électeurs ont le droit de savoir qui ils sont, comment ils vivent, s'ils sont mariés ou pas, par exemple. L'état civil d'un candidat a toujours été une information essentielle pour juger un candidat.

Il y a deux problèmes qui se posent: 

celui de l'identification justement.  Le fait que des élus homos cachent leur vie privée et font vivre dans l'ombre et à l'écart de toutes les réceptions officielles leurs partenaires, donne un très mauvais exemple, plutôt décourageant pour les jeunes homos. ("Si eux, ils n'osent pas vivre poiuvertement leur amour, pourquoi on devrait être otpimiste pour notrte avenir")

Et puis il y a le problème de la transparence et de l'impartialité dans tout ce qui concerne les nominations de fonctionnaires et autres attributions de postes.

Un politicien qui vit - en secret - avec un autre politicien et comme par hasard lui "ouvre" une porte comme président d'une commission qui dépend de lui ou, pire, un poste de directeur d'une institution qui dépend de lui...ou encore pire lui "ferme" des portes par peur d'attirer l'attention sur leur relation, tout cela s'est déjà vu, en Suisse romande et ailleurs, et tout cela est très malsain. 

C'est pourquoi il faut recommander à tous les élus homosexuels de faire leur coming out (sans grand bruit) et se présenter dans les réceptions et cérémonies publiques avec leur partenaires qui, eux ou elles, ont bien mérité de se débarasser de cette burqa sociale que leur impose leur amant ou maitresse.

 

  

 

   

  

 

16/05/2010

L'affaire Hainard

L’AFFAIRE HAINARD

C’est le rêve de tout journaliste d’investigation: la constitution d’une commission d’enquête parlementaire (CEP) suite aux révélations de ce dernier. Ludovic Rocchi a rapporté dans ce journal jour après jour des faits à charge de Frédéric Hainard, le conseiller d’Etat neuchâtelois qui se comporte comme un shérif alors qu’il devrait – en tant que ministre de l’Economie – s’occuper de la situation inquiétante de son canton. Pour «Le Matin», la décision du bureau du Grand Conseil de créer une CEP est une petite victoire. Mais, pour Neuchâtel, c’est une catastrophe: une CEP perpétue jusqu’à fin 2010 une crise de l’institution (Conseil d’Etat). Une «affaire Hainard» qui dure nuit considérablement à l’image du canton, comme l’affaire Garbani avait sali durablement la ville de Neuchâtel. Dans les deux cas, ce qui étonne l’observateur, c’est qu’une fois de plus, à Neuchâtel, on ne sait pas résoudre une crise rapidement. En politique, tout est une question de timing, on devrait le savoir dans un canton horloger! La seule personne capable de crever l’abcès et ainsi de stopper la dynamique du scandale, c’était Hainard lui-même: il aurait dû admettre ses fautes (finalement pas si dramatiques) et s’excuser auprès des personnes concernées et de ses électeurs. Il aurait pu demander pardon et promettre de ne pas recommencer. Et ainsi tenir compte d’une loi fondamentale de la vie publique: ce n’est pas tant de commettre des fautes qui est grave, c’est de les nier et de ne pas admettre ses torts. Ça ne pardonne pas. S’il veut encore rendre un dernier service à Neuchâtel, Hainard devrait démissionner.

All the posts