30/08/2010 11:39 Publié dans A propos de tout (ma chronique dans Le matin) | Lien permanent | Commentaires (3)

Homéopathie, adieu

Homéopathie, adieu!

  C’est un sujet délicat, parce qu’on touche à une religion. Des expériences scientifiques récentes prouvent – une fois de plus – que les fameux globulis homéopathiques que certains médecins (400 en Suisse) prescrivent contre toutes sortes de bobos (et que les caisses maladie remboursent) sont inefficaces, du pipeau, de la charlatanerie, du placebo pur. Mêmes d’anciens médecins homéopathes, comme le professeur en médecine complémentaire allemand Edzard Ernst, l’affirment aujourd’hui. En Grande-Bretagne et en Allemagne, des centaines de personnes ont avalé des flacons entiers de globulis, sans jamais ressentir aucun effet. Le psychiatre anglais Ben Goldacre résume le succès de l’homéopathie auprès du public par une formule simple: «Les gens paient pour qu’une personne de grande autorité leur raconte un beau mensonge.» Mais attention: si les globulis sont inefficaces, les critiquer, c’est explosif!

Commentaires

Je trouve cette intervention quelque peu légère quand des millions de personnes, aux quatre coins de la planète, rencontrent les bienfaits de l'homéopathie. Bien sûr, il existe peu de vrais homéopathes, je veux dire des praticiens capables de maitriser les matières médicales, l'Organon d'Hahnemann, les règles du dosage (une 4°CH n'est pas une 5° etc) les incompatibles... Les ordonnances où cohabitent l'allopathie et l'homéopathie, les longues listes sans intérêts donnent quelque peu une image dégradée de cette thérapeutique et voilà surement pourquoi aujourd'hui même certains médecins renoncent à "y croire". Si l'honnéteté intellecutelle l'emportait, ne croyez-vous pas qu'il conviendrait de dire que c'est l'enseigneemnt de cette dernière qu'il convient de revoir, avec ses règles strictes, hahnemanniennes et non cette caricature "homéo-allopathique" qui produit plus de prescripteurs d'ordonnances dites" homéopathiques" que d"homéopathes compétents ?
Vous ne croyez pas à l'homéopathie. C'est votre droit ! Mais au moins ayez l'honnéteté de revoir son concept réel pour vous faire une opinion. Après en avoir étudié sa forme initiale, alors là, oui seulement là vous aurez un droit à la critique !
Joël Pierre Chevreux, ce 30 Août 2010

Écrit par : CHEVREUX | 31/08/2010

Le point commun de nombreux adeptes de l'homéopathie, qu'ils soient patients ou soignants (j'exclus volontairement le nom de "médecin"), c'est leur côté sectaire caractérisé principalement par la pensée unique. Il faut bien admettre que nombre d'entre-eux nient dans leur ensemble les capacités de la médecine allopahique et persistent à penser que tout peut être soigné avec des médicaments vides et que la médecine dite traditionnelle ne sert qu'à enrichir les médecins et les pharmas.

Écrit par : Spoerli | 08/09/2010

Dans toute réflexion, il existe un fond et une forme.

Sur le fond de l’affaire «homéopathie», oui, certes, il existe des personnes sectaires entrevoyant cette thérapeutique comme une panacée, excluant les qualités souvent précieuses de la médecine traditionnelle dite «allopathique»... Il serait vain de rejeter par exemple l’antibiothérapie, qui, dans certaines circonstances, demeure indispensable !

Sur la forme, il convient de revenir sur une poignée de nuances ou prises de positions trop directes versées injustement et stupidement au discrédit de cette thérapeutique.

Il est regrettable de constater que des remèdes, dilués et dynamisés homéopathiquement, sont considérés comme «vides» alors qu'il est prouvable (si l'on veux se donner la peine d'approfondir la question) qu’ils sont sensibles à une résonance vibratoire; démonstration sortant des chemins de l’explication rationaliste où persistent à la chercher obstinément les scientifiques. Il est évident que si l'on cherche une rose au milieu du désert on ne la trouvera jamais, à part peut-être une rose des sables !!!

Comment s’expliquerait alors que plus l’échelle des dilutions est élevée plus l’on atteint des zones mentales très subtiles chez l’individu ?

L’on sait parfaitement que les basses dilutions relèvent du physique (à cause des traces de matière retrouvées à l’intérieur) et que les hautes, voire les très hautes relèvent du mental... Là où précisément «il n’y a plus rien»... Oui, je sais... Le placebo... !!!

Quant à l’enrichissement supposé des médecins par quelques uns, pour ma part, je serai plus circonspect sur le regard de cette position. En effet, je doute fortement, que de nos jours se soit dans la direction médicale qu’il faille s’orienter pour «faire fortune». Mais il faut tout de même avouer que si demain la majorité des patients avaient recours à l’homéopathie pour se soigner, les laboratoires pharmaceutiques verraient cela d’un très mauvais oeil... Devinez pourquoi ?
Joël Pierre Chevreux, ce 8 septembre 2010

Écrit par : CHEVREUX | 08/09/2010

Les commentaires sont fermés.