22/06/2011 16:37 Publié dans Chronique Le Matin Dimanche | Lien permanent | Commentaires (0)

Chère Marianne Huguenin

Chère Marianne Huguenin,

Le Prix Wakker pour l’Ouest lausannois est une jolie récompense pour la population et les municipaux de cette ancienne périphérie de Lausanne, qui est en train de devenir le nouveau centre vital de la capitale vaudoise.

Belle revanche sur le destin, en effet, pour une ancienne «zone industrielle», longtemps considérée comme un ghetto d’immigrés, et regardée de haut par les voisins lausannois. Mais oublions les anciennes et vilaines discriminations.

Je vous écris, parce que vous symbolisez si bien le renouveau de Renens, la ville dont vous êtes la syndique. J’ai toujours eu un faible pour Renens en particulier et pour les grandes personnalités communistes issues de familles bourgeoises en général. Intelligentes et cultivées, elles marient si bien un engagement social radical et des valeurs humaines fortes avec une compréhension très empathique de l’économie de marché.

S’il n’y avait qu’une médaille à décerner ce week-end, je vous la remettrais à vous personnellement, et je pense que la population de l’Ouest lausannois, qui vous adore, est bien d’accord avec moi. J’aimerais aussi vous encourager à continuer votre travail, parce qu’il est loin d’être fini. Il faut encore un tas de projets audacieux pour que le Grand-Lausanne devienne enfin digne d’entrer dans la Super League des villes européennes.

Cordialement, Peter Rothenbühler

Les commentaires sont fermés.