07/07/2011 13:53 Publié dans Chronique Le Matin Dimanche | Lien permanent | Commentaires (1)

Cher Mark Muller

Cher Mark Muller,

Je ne sais pas comment vous allez vous sortir de cette gonfle. Vous êtes le président du Conseil d’Etat, vous êtes responsable des constructions et de la gérance des logements du canton qui a fait scandale en février parce qu’il a loué une villa de sept pièces à un ancien fonctionnaire pour moins de 1000 francs. Et voilà qu’on apprend par le TJ que vous-même, vous louez un sept-pièces en attique à Plainpalais pour un loyer ridiculement bas de 1800 francs. A Genève! Où les loyers atteignent des sommets.

C’est conforme à la loi, dites-vous, «ce loyer serait payé par n’importe quel autre locataire». Mais vous n’êtes justement pas «n’importe quel locataire» mais le magistrat libéral qui combat cette loi, imposée par la gauche (qui ne permet pas d’élever le loyer après rénovation), comme étant «un monstre juridique». A juste titre.

Mais allez expliquer aux citoyens selon quelle règle de morale politique on peut dénoncer d’un côté une loi qu’on trouve absurde et injuste et de l’autre en profiter sans vergogne pour ses intérêts privés. C’est mission impossible.

A votre place je verserais la différence avec un prix du marché à une institution caritative, et cela aussi longtemps que vous êtes encore au gouvernement. Ça ne vous reviendra peut-être même pas si cher.

Cordialement, Peter Rothenbühler

Commentaires

M. Rothenbühler, votre propos est fondamentalement juste. Ce qui se passe à Genève est un pur scandale. J'ose espérer que ce "genre" d'histoires ne se déroule pas ailleurs. L'espoir fait vivre...

Écrit par : Manuel | 14/07/2011

Les commentaires sont fermés.