16/03/2009

Lieber Didier Cuche

Lieber Didier Cuche,

Gratulation! Du bist definitiv der beste Skifahrer der Welt, auf der gleichen Stufe wie Killy, Girardelli, Schranz oder Maier. Aber was nützt’s? Du wirst trotz allem nicht  Brillen-Werbung machen mit sechzig (wie Russi). Du kannst gewinnen, was du willst, die Cuche-Story ist geschrieben : der Mann ist alt (mit 34!) und ein ewiger Pechvogel. Das wirst du immer wieder lesen müssen. Die Medien sind so. Selbst wenn du in Vancouver 2010 vier Goldmedaillen machst und noch eine in Eiskunstlauf dazu. Nochmal gut gekommen mit dem Pechvogel, wird man schreiben. Weisst du warum ? Weil Du erstens nicht Tennis spielst, zweitens kein Bergler bist, drittens ein Westschweizer, dazu noch einer aus dem Neuenburger Jura. Les Bugnenets, das tönt in Zürich wie Golanhöhe. Schneit’s dort überhaupt ? Leider machen es die Welschen nicht besser. Auch Genf ist weit, weit weg von Les Bugnenets. Gestern wieder typisch : Ein Appenzeller und ein Embryo stahlen dir die Show. Auf allen Titelseiten Merz in einer «hier bin ich und kann nicht anders »-Pose statt der jubelnde Cuche. Mirkas Schwangerschaft prominenter kommentiert als die Kurven deines zweiten Laufs. Sogar «L’Impartial », die Zeitung deiner engeren Heimat druckt dein Bild kleiner als das von Merz. Am brutalsten war der Blick : «Seit der Gletschermumie Oetzi sorgte kein älteres Wesen im ewigen Eis für grössere Schlagzeilen ». Haben die von dir geschrieben ! Aelteres Wesen, Mumie. Oetzi Cuche. Also ich verstehe jetzt, warum du zur Siegerehrung diese Perücke über die Glatze gezogen hast. Darum nochmals : Ganz herzliche Gratulation!

Paru le 15 mars dans Sonntagszeitung

 

15/03/2009

Valérie Garbani

Tragique Valérie Garbani

C’est toujours la même histoire: les personnes souffrant d’alcoolisme nient la réalité, parlent de problèmes passagers, de soucis momentanés qui les amènent à boire un peu trop, pour oublier, pour décompresser. Et elles promettent que cela ne se reproduira plus.

Après ses esclandres publics, indignes d’un membre de l’exécutif du chef-lieu du canton de Neuchâtel, Valérie Garbani avait promis à son parti et ses électeurs qu’elle allait se faire soigner. En même temps elle déclarait, appuyée par son médecin qu’elle n’avait pas de problèmes de santé qui l’empêchaient d’assumer ses fonctions de municipale. 

Ses amis lui ont pardonné tout en la mettant en garde: au moindre nouvel incident elle devra démissionner. 

Aujourd’hui, on revient à la case zéro: Valérie Garbani démissionne, pour protéger sa famille, pour éviter un nouveau débat public, comme elle dit. 

Malheureusement, elle nous refait le numéro du printemps passé, elle prétend qu’elle n’a aucun problème de santé.

Dommage pour elle: tant qu’elle n’est pas en mesure d’accepter son alcoolisme comme une maladie, elle ne sera pas capable de se faire soigner comme il faut.

14/03/2009

Les souffrances d'Eric Lehmann


 

Quand dans les médias nous parlons d’une «affaire» concernant une personnalité publique, il nous arrive d’oublier la souffrance que le débat public peut causer à la personne concernée et  à son entourage, son épouse et ses enfants par exemple. Nous oublions trop souvent de nous mettre à leur place.

Je viens d’apprendre par un proche de la famille Lehmann que celle-ci se sent profondément blessée par ce qu’elle perçoit comme un « acharnement médiatique » contre l’ancien chef de la police. Suite aux divers articles parlants de l’indemnité de départ de M.Lehmann, la famille fait quotidiennement l’objet de réactions violentes de la part de particuliers qui n’hésitent pas à envoyer des lettres (anonymes) d’insultes.

 

Je pense que les journaux ont fait leur travail, qu’il a fallu débattre publiquement des conflits à la tête de la police vaudoise, qu’il fallait aussi parler de l’indemnité de départ de M. Lehmann. Il faut rappeler ici que la critique des médias s’est en priorité adressée aux responsables politiques qui ont très mal géré le dossier et non pas à M.Lehmann. Et qu’en ce qui concerne l’indemnité de départ les médias n’ont fait que rendre compte des critiques formulés par certains politiciens. 

 

Mais il est vrai qu’aujourd’hui, les autorités - responsables du cafouillage et co-responsables  du conflit - sont toujours en place. Alors que M. Lehmann est à la recherche d’un emploi, dans une situation économique difficile. Pratiquement, on peut dire qu’il porte seul le chapeau d’un conflit dont il n’est pas seul responsable, et il n’a même pas le droit de parler de ce qui lui est arrivé.

 

A aucun moment il a été question de reprocher des fautes professionnelles à Eric Lehmann qui a toujours œuvré, dans les diverses stations de sa carrière (SSR, Provins, radio au Kosovo, police) à l’entière satisfaction de ses chefs et du public. Il faut quand même le rappeler.

 

Eric Lehmann n’est pas homme à se plaindre, et c’est peut-être un tort. Peut-être devrait-il s’expliquer, sans trahir le secret imposé, mais juste pour parler de lui, de son destin, de ses idées, ses envies, d’éventuels projets, montrer qu’il est encore là et bien là.  

 

Quoi qu’il fasse, il mérite notre respect.

 

11/03/2009

Eric Lehmann et les JO

Ne tirez pas sur Eric Lehmann!

Il a relancé l'idée d'organiser des JO à Sion. Et voilà qu'on tire sur le bonhomme, sa crédibilité, etc.

C'est tirer sur une ambulance, mes chers.  Lehmann est un type bien qui a beaucoup souffert du drame de la police vaudoise. Et c'est plutôt réjouissant de le voir revenir sur la scène, courageux, plein d'énergie et d'idées.

Le problème d'un projet de JO en Valais ne s'appelle pas Lehmann, le problème, c'est l'illusion que se font encore et toujours certains politiciens et organisateurs de grandes manifestations sportives. L'illusion c'est que des JO peuvent apporter le salut économique à une région. C'est un mirage...

Depuis l'Euro 2008 nous savons qu'une manifestation de ce genre ne fait que générer des coûts énormes aux colléctivités publiques, des heures supplémentaires aux corps de police et zéro bénéfices économiques pour la région. Tout l'argent va dans les droits de télévision et dans les caisses d'organismes internationaux qui s'enrichissent toujours plus.

Les JO posent d'énormes problèmes écologiques, perturbent totalement le tourisme en chassant les clients habituels des stations, gènent la vie quotidienne d'une région et n'accèlerent pas d'une minute la construction de l'autoroute dans le Haut Valais.

Je pense qu'il n'y aura plus jamais des JO ou d'autres manifestations sportives gigantesque du genre Euro 08 en Suisse.