05/10/2009

Horreur à Saignelégier

 

Lundi

Lausanne bouge

C’est la semaine du renouveau culturel et sportif de Lausanne. Cette fois, tout s’est décidé à la fois : la ville aura un nouveau stade de foot, un bassin olympique et un nouveau musée des beaux-arts dans les anciens dépôts de locomotive. Et un nouveau directeur de la cinémathèque, Frédéric Maire, qui lui aussi voit grand : il aimerait faire de cette institution une sorte de « maison du cinéma » qui attire les foules. Saluons ce nouveau dynamisme de Lausanne. Et espérons que ça dure…

 

Mardi

Des millions en l’air

Guy Laliberté, le fondateur canadien du Cirque du Soleil s’est payé le ticket de voyage le plus cher au monde : il a  payé  35 millions de dollars pour un aller retour dans l’espace  avec arrimage à la station spatiale internationale pendant quelques jours. Celui qui fut un modeste artiste de rue est devenu milliardaire grâce au succès de son cirque qui offre des spectacles d’une grande poésie.  Si un mec dépense 35 millions pour réaliser un rêve de gamin, en cette période de crise ou des pères de famille ne savent plus comment nouer les deux bouts, je n’ai plus aucune envie d’aller voir le spectacle qui a fait sa fortune.  Pour moi, il peut rester dans l’espace.          

 

Mercredi

Horreur à Saignelégier

D’abord, je croyais à une farce. Un architecte biennois (de 80 ans) veut construire un grand hôtel quatre étoiles près de Saignelégier, un projet devisé à 21 millions qui prévoit la création de 80 chambres  sur un terrain de 14 000 m2. La maquette du futur grand-hôtel rappelle furieusement les horreurs architecturales des années septante, ces grands machins touristiques du style « Grande-Motte », énormes triangles en béton, clapiers à touristes inspirés des constructions monumentales des ères fascistes et bolchéviques. Bon, ne nous énervons pas, les Jurassiens ont su éviter d’autres horreurs (places d’armes et compagnie), ils sauront imposer un style sympa et campagnard à tout projet sérieux .      

 

Jeudi

Polanski, encore

Mon opinion sur l’affaire Polanski ? Je refuse les raccourcis du genre, « il a beau être un génie, cela reste un violeur d’enfant, donc, il doit être jugé, même trente ans après les actes ». Il y a plusieurs niveaux à considérer dans cette affaire, avec chaque fois quelques réserves. Un : oui, à l’époque des faits reprochés et avoués, Polanski aurait dû être jugé. Mais : craignant que la justice américaine (connue pour ses peines longues et inhumaines)  statue un exemple de sévérité à cause de sa célébrité, il a préféré fuir, ce que je comprends très bien.  Deux : difficile de comprendre pourquoi Polanski, avec les moyens dont il dispose, n’a pas réussi depuis à trouver un arrangement avec la justice américaine (qui  fonctionne comme un marché). Trois: les autorités Suisses auraient du éviter le scandale en informant discrètement la star des ennuis qui l’attendent. On a des services secrets et diplomatiques pour cela. Quand la Suisse a-t-elle arrêté et extradé un très grand criminel, genre tortionnaire ou dictateur ? Jamais. Quatre : Un Conseil fédéral qui s’exprime à plusieurs voix jette une image déplorable sur le fonctionnement de notre gouvernement. Cinq : je ne crains pas pour Polanski, il a les moyens de se payer les meilleurs avocats français et américains. Six: j’ai aussi un point de vue de père et je me demande. Quelle maman, quel papa laissera son enfant de treize ans s’amuser sans surveillance avec des comédiens et metteurs en scènes délurés dans une villa de star ? A ma connaissance, Jack Nicholson et Roman Polanski n’avaient pas vraiment le profil du gentil baby-sitter rassurant. S’il y a des coupables dans cette affaire, ils sont nombreux… Sept : last but not least, quand le monde culturel proteste contre la sévérité d’un acte de l’Etat, l’opinion publique se range – presque par réaction épidermique - plutôt du côté de l’Etat et de la répression.  Et huit : à la place de Frédéric Mitterrand, je n’aurais rien dit. Mais d’autant mieux agi en coulisse.  

 

Vendredi

Barrière du papet ?

Les artisans bouchers-charcutiers du canton de Vaud ont créé la première  journée du papet vaudois, aujourd’hui, ils distribuent gratuitement du papet dans leurs magasins. Le client achète les saucissons de son choix, le papet lui est offert, même pour quatre personnes.  L’action rencontre un succès fou. Voilà des artisans qui ont des idées de marketing ! Malheureusement, aucune boucherie de la ville de Lausanne ne participa à cette journée. Y  a-t-il un fossé du papet autour de Lausanne ? Non, simplement, il ne reste que très peu d’artisans charcutiers certifiés en ville, fabriquant leur propre saucisson. Vous voulez la recette du papet, tapez www.charcuterie-vaudoise.ch

04/10/2009

Polanski

 

Pourquoi Polanski a été arrêté

J'entends les Conseillers fédéraux et autres personnalités répéter: nous ne sommes pas d'accord qu'on n'aurait pas du arrêter M. Polanski parce que c'est un créateur...

La vérité est toute différente, c'est justemen parce que M. Polanski est un créateur qu'il a été arrêté sans états d'âmes par les autorités Suisses

Il n'a pas de lobby fort derrière lui, il ne représente pas les intérêtes d'un Etat, ce n'est qu'un créateur. Son arrestation ne peut en aucun cas porter préjudice à des intérêtes majeurs du pays... Ce n'est qu'un saltimbanque sans véritable patrie. 

Nos ministres jouent un peu aux naifs dans le cas Polanski en répétant la loi c'est la loi, eux qui connaissent très bien tous les cas (restés secrets) ou le gouvernement a lié les mains au Procureur fédéral quand celui-ci voulait arrêter une personnalité étrangère importante en vertu des lois.

Quand les Russes ou les Américains sont embarassés au plus haut niveau, nous fermons les yeux, nous lançons un petit coup de téléphone d'avertissement.

Non, tout le monde n'est pas égal devant la loi....