30/11/2010

Monsieur tourisme

M. Tourisme

Kurt Illi est mort. Frappé par une crise cardiaque à 75 ans, à la sortie d’une soirée passée dans un cirque, à Zurich. Peu connu des Romands, Kurt Illi a été pendant de longues années le promoteur le plus original du tourisme suisse, en Asie et dans les pays arabes. L’ancien directeur de l’Office du tourisme de Lucerne vendait des vacances avec «garantie pluie» aux Arabes, il organisait des mariages japonais dans une chapelle romantique au bord du lac des Quatre-Cantons et il a réussi à imposer le pont de la Chapelle de Lucerne comme un symbole touristique aussi important que la tour Eiffel ou le Colisée. Il a aussi invité les Romands à passer quelques jours à Lucerne à moitié prix après le vote du peuple suisse contre l’EEE. Et il a monté un «coup» avec Claude Nobs: pour lui faciliter les négociations avec Montreux, il s’est fait photographier avec lui sur la terrasse d’un café de Lavaux en déclarant qu’il lui offrait des conditions favorables pour un déménagement complet du Montreux Jazz à Lucerne. Ça a fait bouger les autorités de Montreux!

Leonard Gianadda

Une honte

 On ne devrait pas cracher dans la soupe, c’est-à-dire dans la coupe de champagne, quand une ville décide de remettre son prix culturel à une personnalité qui le mérite depuis longtemps. Mais il y a quand même des retards qui ne se pardonnent pas. Martigny a attendu trente ans (!) pour attribuer le Prix de la Ville à Léonard Gianadda. Donc, un prix qui «vise à favoriser et à encourager le développement et la transmission du patrimoine culturel». Gianadda est l’un des plus importants acteurs culturels de Suisse, reconnu, célébré et décoré dans le monde entier, sauf chez lui. La remise du prix samedi dernier ne fait que rappeler les raisons pour lesquelles cette ville a si longtemps refusé les honneurs à Gianadda: parce qu’il est ce qu’il est! Un géant qui balaie tous les obstacles sur son chemin, avec fougue. Donc, quelqu’un de difficile pour des gens petits.

Les amis de facebook

«Friends with you»

 J’ai fait une erreur: je me suis inscrit sur Facebook, par curiosité et pour faire connaissance du phénomène. Maintenant, je reçois environ dix demandes par jour, de personnes que je ne connais ni d’Adam ni d’Eve mais qui «want to be friends with you on Facebook». Alors, normalement, je n’accepte que les gens que je connais déjà (et que j’apprécie), mais cela ne plaît pas à tous les candidats. Il y en a même qui me demandent de motiver mon refus! Et comme je suis poli, du coup je me vois écrire à une personne que je ne connais pas pour lui expliquer pourquoi je ne veux pas être son ami. C’est absurde. Je devrais faire comme Darius Rochebin, amasser un maximum d’amis, chercher à battre son record (20 000 amis!) et ne pas me creuser la tête.