09/01/2010

La plus haute tour

LA PLUS HAUTE TOUR

k A Dubaï, on a inauguré le plus haut gratte-ciel du monde, 828 mètres de haut, 160 étages, 50 ascenseurs. Fantastique. Mais avant d’acquérir un appartement de luxe dans cette nouvelle merveille, je vous conseille d’examiner les trois critères prioritaires pour estimer la vraie valeur d’un objet immobilier: le lieu, le lieu, le lieu! Que voyez-vous en sortant de cette tour, au rez: l’autoroute, le désert, le néant, la désolation parfaite. C’est comme un EMS en rase campagne… Tristounet.

20/12/2009

Les mamans au pouvoir

LES MAMANS AU POUVOIR!

k Un peu partout dans le monde, les politiciens découvrent – enfin – que les mamans ne sont pas seulement les «chefs de famille» en matière de consommation, mais un groupe qui peut faire pencher la balance lors d’élections et de votations. Déjà, dans certains pays, les politiciens font tout pour obtenir des interviews ou des «chats» dans des sites spécialisés adressés aux mères comme Mumsnet.uk en Angleterre, aujourd’hui «le» forum incontournable des mamans anglaises. Elles y échangent informations, opinions, conseils, bons plans, adresses et aussi convictions politiques au sujet de décisions à venir comme l’aménagement du temps de travail, les crèches, les soins à domicile, etc. Quand le service de santé du gouvernement devait diffuser les premières informations sur la grippe porcine, il s’est adressé directement à Mumsnet.


MUSULMANS CONVERTIS

k Un phénomène tout nouveau se manifeste en Suisse: de plus en plus de jeunes nés de familles catholiques ou protestantes suisses adhèrent à l’islam – par conviction et non par mariage. Rien que dans le quartier du Lignon à Genève il y a toute une série de jeunes convertis qui cherchent dans cette nouvelle religion un cadre strict, des règles de vie claires et nettes, une ferveur et une communauté qui leur manquent. Pour eux, nos Eglises traditionnelles sont trop «floues» et laissent trop de place à la pensée autonome. Mon prof d’allemand au gymnase avait l’habitude de dire: «Les vrais novateurs, les vrais créatifs sont généralement assez vieux. La jeunesse, elle, est toujours conservatrice, facile à embrigader.» Naturellement, il parlait du gauchisme, pas de l’islam.

JUSTICIERS

k Le scandale du vol de données bancaires par Hervé Falciani, ex-informaticien de la Hongkong & Shanghai Banking Corporation (HSBC) à Genève, crée de graves problèmes diplomatiques entre la Suisse et la France. Il révèle aussi une réalité très inquiétante: le secret n’existe plus. Big Brother is watching you, et le «grand frère» n’est pas le patron (qui devrait tout savoir), mais l’informaticien qui a accès à toutes les données les plus confidentielles, intimes et secrètes d’une entreprise. Si ces techniciens ont la fibre de Zorro ou de Robin des Bois, ils peuvent mettre en danger des personnes et des pays entiers.


LISEZ!

k Ne jetez pas la pierre aux gens qui ne lisent «que» les journaux gratuits. Au moins ils lisent! C’est qu’il y a de plus en plus de gens qui ne lisent plus rien du tout, même pas les pancartes et affiches indiquant par exemple l’ouverture d’un magasin. Ils se fient totalement à l’intuition, à la «mise en place». Je m’explique: attachez une petite pancarte à la porte d’un ascenseur sur laquelle est écrit: «L’ascenseur fonctionne». Les gens prendront l’escalier, parce qu’intuitivement ils pensent que c’est écrit «En panne». Enlevez les chaises de la terrasse d’un bistrot en hiver et mettez une pancarte «Ouvert» sur la porte du resto, les gens vont ouvrir la porte et demander: «C’est ouvert?»



14/12/2009

Le cinquième minaret

Le cinquième minaret

k Guillaume «Toto» Morand était furieux il y a quelques mois. Le propriétaire des magasins de chaussures Pomp it Up, un des commerçants les plus créatifs du centre de Lausanne, a bien vu les journalistes assister à l’inauguration de son nouveau magasin au Flon. Ils ont bu des pots, mais ils n’ont pas écrit une ligne. Toto en a tiré une leçon: il faut trouver autre chose, un événement extraordinaire qui fait l’actualité. Le cinquième minaret, construit avec du matériel de décoration sur un toit de Bussigny (VD), c’est Toto! Bien sûr, il l’a aussi fait par conviction, pour envoyer un message de paix et de tolérance aux musulmans, mais évidemment il n’est pas mécontent de voir son nom et celui de ses magasins à la une de tous les journaux et sites Internet. Toto, qui soutient aussi des manifestations culturelles d’avant-garde, a réussi à faire du marketing intelligent pour l’image de son enseigne. Il a signalé – une fois de plus – qu’il est bien davantage qu’un vendeur de pompes.

Moralisme galopant

k Pourquoi les médias se délectent-ils tant des déboires et affaires extraconjugales de Tiger Woods, ce joueur de golf de génie, premier milliardaire parmi les sportifs de ce monde, sans ajouter que, s’il s’appelait Bernhard, Kari ou Robert et s’il était Suisse ou Français, personne ne saurait rien de ses aventures amoureuses. Et qu’en aucun cas on ne lui ferait ce procès public. C’est très simple: on peut juger son comportement immature, on peut trouver qu’il court de gros risques pour son image de jeune homme parfait sous tous rapports, mais ce qu’il fait de ses nuits ne regarde que lui et son épouse. Il a la malchance de vivre dans une société (américaine) qui suinte de moralisme galopant, d’hypocrisie en matière de mœurs – et il devrait peut-être en tenir compte. Mais ceux qui le jugent devraient aussi juger ses nombreuses conquêtes féminines qui profitent honteusement de la célébrité de leur ami (ou faut-il écrire client?) pour se faire connaître, passer dans les journaux et gagner quelques sous en plus.

Immixtions sonores

k Je croyais que c’était une mauvaise habitude des villes du sud de la France ces haut-parleurs installés aux quatre coins des places publiques en période de fête, abreuvant le passant du matin au soir de ces mélodies doucereuses qui font mal aux oreilles des mélomanes. Bref, ce bruit organisé, inutile et qui dure généralement jusqu’à 23 h, ça n’existe pas chez nous, avais-je l’habitude de dire à mes amis français, ce genre d’immixtions sonores idiotes est interdit en Suisse. Or quelle surprise de me rendre compte, l’autre jour, en traversant la place Saint-François de Lausanne, que je me suis trompé. La musique y est omniprésente, au centre-ville, toute la journée, impossible d’y échapper. L’affreuse mode a pris chez nous. Mais pourquoi les autorités autorisent-elles ce non-sens barbare?

Le danger

k C’est pathétique de voir Johnny Hallyday dans son fauteuil roulant. Je n’ai pas de conseils à lui donner. Mais, de toute évidence, il irait mieux s’il avait tenu sa promesse de passer soixante jours par année dans sa résidence (fiscale) de Gstaad (BE) au lieu de se lancer dans une tournée folle, fatigante. Ici, il aurait pu respirer l’air des Alpes, profiter de l’excellente qualité des chirurgiens suisses et se refaire une santé avant de remonter sur scène. Espérons que ses maladies mystérieuses ne sont qu’une mauvaise passe et qu’il pourra quand même venir se reposer dans son chalet. On doit se faire de réels soucis. Je me rappelle ce qu’un manager de Michael Jackson a dit après la mort de Bambi: «Maintenant, le plus gros facteur de coûts ne pèse plus sur le bilan.» Finalement, pour le business, la mort d’une rock star rapporte plus que d’interminables tournées d’adieu. Voilà le danger.

Perte de crédibilité

k Pour moi, le mot de l’année, c’est la «grippe porcine», c’est aussi le «fantôme de l’année», la «désinformation de l’année», et c’est sûrement l’«affaire de l’année» pour l’industrie pharmaceutique. Mais arrêtons de critiquer, c’est toujours mieux d’être déçu en bien que de se faire surprendre par une pandémie, une vraie. Donc cette catastrophe sanitaire qu’on nous annonçait n’était qu’une grippe comme une autre, même un peu plus banale que toutes les autres. A la place des 2 millions de malades que l’Office fédéral de la santé avait annoncés pour le mois d’octobre, on a enregistré un total de 10 580 cas. Maintenant, j’aimerais bien savoir comment l’Office fédéral fera la prochaine fois pour nous impressionner. Comme perte de crédibilité et comme désinformation, on ne peut faire mieux.

10/12/2009

Finn, l'ours

L’ours est bon

 Les minarets ont fait disparaître l’ours «Finn» des grands titres de la presse. Et pourtant il y a des nouvelles intéressantes à signaler: «Finn» se remet de ses blessures, il est de mauvaise humeur (bon signe pour la santé d’un ours) et il devient papa! «Björk», sa compagne, est portante. Magnifique. Pour ma part, je n’arrive toujours pas à comprendre cette vague de sympathie pour «Finn». L’ours est un animal qui a l’air sympa et drôle, mais ne l’est pas du tout, plutôt bête et méchant. Il n’aime pas les hommes. Même pas pour les manger. En revanche, il paraît que l’ours est agréable à l’homme sous forme de ragoût. Mais c’est difficile à vérifier: on ne sert plus de viande d’ours dans les restaurants de Berne, comme c’était la tradition jusqu’à la fin des années 1970, chaque fois qu’un ours en surnombre se faisait abattre par les gardiens.