08/06/2009

A propos de tout

Les papables romands 

Lundi

Pelli

Remue-ménage dans les gazettes autour de la démission attendue(dans un mois, une année ?) de Pascal Couchepin. Ca intéresse les journalistes. Donc pas forcément les lecteurs. Pardon, chers lecteurs, je vais quand même en parler: une chose est sûre, si C. se retire seul (sans Merz ou Leuenberger), c’est un latin qui le remplacera. Ce qui diminue les chances de la plus intéressante des candidates, Karin Keller-Suter de St-Gall.  Si c’est un Latin, c’est Fulvio Pelli qui risque de l’emporter (raison pour laquelle il se fait descendre par les médias romands, bonjour la solidarité entre latins). Pelli a des avantages, le soutien des Alémaniques et de l’UDC et il est bon stratège : il affirme ne pas vouloir se présenter. Tu parles… Les radicaux Vaudois se disputent (tant mieux pour Maillard au prochain tour), les Genevois sont bloqués (Calmy-Rey reste) et le Neuchâtelois Didier Burkhalter, seul papable romand considéré dans toute la Suisse, a un léger handicap : c’est le favori de Couchepin. Le PDC aimerait piquer le deuxième siège aux radicaux : il a des candidats valables, Christophe Darbellay et Isabelle Chassot, mais aucune chance.

 

Mardi

Lost

Un avion d’Air France disparait et ne laisse aucune trace. On croyait les Airbus invulnérables, on croyait disposer de tous les moyens techniques pour trouver une épingle au fond des mers. Eh bien, non.  De plus en plus de gens, surtout ceux qui ont regardé la série Lost, pensent que cet avion a été intercepté par une force aussi inconnue que mystérieuse.

 

Mercredi

Musée

La ville de Lausanne fait trois propositions pour l’installation du futur Musée des beaux-arts, la halle aux locomotives des CFF, le site de la promenade de la solitude et le bâtiment BCV de la place Chauderon.  Des trois options, la halle aux locomotives est la plus intéressante parce que la plus spectaculaire :  grand, central et d’un sacré caractère. Si on me permet de rêver un peu - tout en restant réaliste -  je vois un musée en forme d’un immense pont (un peu comme  Bercy, le ministère des finances à Paris) traversant en long ou en large cette horrible place de la Riponne : on résoudrait ainsi d’un seul coup deux problèmes. Lausanne aurait un musée flambant neuf au milieu du quartier des musées, et cette verrue urbanistique de la Riponne se transformerait en bijou.

 

Jeudi

Mister suisse

On apprend que le charpentier glaronais André Reithebuch, élu Mister Suisse grâce à une énorme campagne de pub financée par son papa, est illettré. Et fier de l’être. Sa maman rédige ses lettres. Les bouquins ? « Il y a des choses plus intéressantes à faire, » dit-il. Le seul livre qu’il a lu (il n’est pas analphabète, nuance ! juste incapable d’écrire) est l’histoire d’un charpentier parti construire des maisons au Canada. Aujourd’hui Il passe pour un héros, parce qu’ «il a brisé un tabou» et qu’il est devenu «un  symbole de la jeune génération ».  Imaginez une seconde qu’il s’agirait de Miss Suisse. Et qu’elle serait blonde en plus….Ce serait le lynchage médiatique assuré. Depuis vingt ans, toutes les Miss Suisse étaient soit des gymnasiennes ou des universitaires. Il faudra vite apprendre à décliner belle et idiote au masculin pour se retrouver dans le monde actuel. 

 

Vendredi

Menteurs

Dans une interview, Matthias Hartmann, directeur du Schauspielhaus de Zurich et futur directeur du prestigieux théâtre « Burg » de Vienne, traite les Zurichois de « menteurs », d’ »hypocrites » et d’ »intrigants », l’ingrat. Si on pense à ce que des grands écrivains autrichiens comme Thomas Bernhard ou Elfriede Jelineck ont dit et écrit des Viennois (« menteurs », « hypocrites », « intrigants », etc), on doit penser que Hartmann qui adore Vienne, voulait en fait faire un grand compliment aux Zurichois.   

21/03/2009

Garbani, le pape et les mulets

Lundi

Gastronomie

J’ai mangé une quiche aux oignons au seul restauroute qui se trouve entre Genève et Lausanne : la pâte était à peine cuite, le dessus brulé. J’ai pris un cornet de glace vanille au Cinéma les Galeries de Lausanne. Le cornet était mou, la glace visiblement plusieurs fois dégelée et regelée, elle débordait de cristaux d’eau glacée. J’ai commandé un saltimbocca au risotto au self-service du stade de la Maladière, à Neuchâtel: le risotto était tellement trop cuit que vous ne deviniez plus les graines de riz, la viande était dure comme des semelles de chaussures. Merci !

 

Mardi

Retour à la case départ

Curieusement je ne me sens plus du tout concerné par la dispute interminale des Vaudois autour du projet d’un Musée cantonal des beaux-arts. Je suis de plus en plus convaincu –  malgré les résultats des sondages qui disent le contraire-, qu’au fond ils ne veulent pas de musée du tout. Du coup, ils le voient à Morges, à Renens, à Yverdon, donc un peu partout sauf là, où une institution de ce genre fait vraiment du sens, c’est-à-dire à Lausanne, au bord du lac. Les Vaudois font une fois de plus honneur à leur réputation de vouloir éternellement peser le pour et le contre et leur contraire.

 

Mercredi

Peopleisation ? 

Tous ces chroniqueurs qui prennent le destin de Valérie Garbani pour une illustration patente des dérives de la « peopleisation » de la politique se trompent énormément. Lés médias ne se seraient jamais intéressés à la vie privée de cette politicienne ni à ses soirées neuchâteloises bien arrosées si elle n’avait pas elle-même attiré l’attention – et avec beaucoup de bruit- sur ses problèmes de couples et de santé. Personne ne peut reprocher aux médias de parler de la seule Amy Winehouse que connaît la politique suisse. Si les instances dirigeantes du Parti socialiste n’ont pas la sagesse de retirer immédiatement Mme Garbani de ses fonctions, Neuchâtel risque bien de faire l'objet, encore plusieurs fois, des moqueries de tous les médias suisses. D’ailleurs, dans le privé, un cadre qui se fait cueillir par la police en état d’ébriété et en proférant des propos racistes, serait immédiatement renvoyé – ou « placardisé ».       

 

Jeudi

La cavalerie et les mulets 

Tollé en Suisse - et surtout en Suisse alémanique, après les mots du ministre des Finances allemand, Peer Steinbrück, qui nous a traités d’Indiens. En parlant du comportement de la Suisse face aux pressions des voisins européens il a trouvé une métaphore pour le moins originale: «On peut envoyer la cavalerie. Mais ce n’est pas absolument nécessaire. Il suffit que les Indiens sachent qu’elle existe.» Entre nous: il a juste dit la vérité. Dès que les Américains et les Allemands nous ont menacés, nos grands manitous bernois ont sorti le drapeau blanc au lieu de déterrer la hache de guerre. En ce qui concerne la cavalerie allemande, je me suis renseigné : leur armée n’occupe que des mulets. Et en ce qui concerne les Indiens, c’est eux qui devraient se sentir vexés : un Indien ne se rend jamais! A part ça, les proeuropéens nous ont toujours avertis : à la fin, la Suisse ressemblera à une réserve d’Indiens qui se fera traiter comme telle. Pour ma part, je préfère le langage direct, brutalement vrai du « vilain Allemand » aux doux baisers de Bernard Kouchner qui a su charmer notre ministre des affaires étrangères à Paris. La photo était bonne. Mais loin de la vérité des rapports actuels entre nos deux pays.         

 

Vendredi

Erreur de casting

Le problème, avec les papes, c’est que l’église paye cher les erreurs de casting : une fois élus, impossible de les renvoyer. Et comme ils sont considérés saints hommes, ils n’ont –en principe - pas droit à l’erreur. Chacune de leur parole pèse lourd, surtout quand ils disent des bêtises. La perte de crédit de Benoît XVI, après ses déclarations sur le sida en Afrique (l’utilisation du préservatif aggraverait encore le problème, selon lui) et la réhabilitation de l’évêque négationniste Williamson affecte aussi les non-catholiques : la société a besoin de quelques figures admirables qui sont des guides de haute moralités. Le pape Jean Paul II en faisait partie. Il ne reste plus que le dalaï-lama et Obama.     

 

 

D’autres notes sur mon blog sur lematin.ch. Accès direct : peterrothenbuhler.bleublog.lematin.ch" http://peterrothenbuhler.bleublog.lematin.ch

 

 

 

02/03/2009

A propos de tout

 

Lundi

C’est quoi, ce cœur ?

J’aime conduire et je n’en fais aucun complexe. Mais, j’aimerais que les responsables du Salon de l’Auto fassent de même. Quand j’ai vu leur affiche pour le Salon à venir, je me suis gratté la tête : De quoi ont-ils honte ? Où est l’auto ? Et cette femme (sans tête !) qui forme un cœur de ses mains ? C’est quoi ? Du langage de sourds ? En regardant de près, on découvre quand même une petite auto suspendu au collier de la dame. Elle est si petite et si moche cette auto. Pourquoi ? Mon interprétation de ce ratage? Le cœur, c’est toujours la première idée des graphistes médiocres quand on leur demande de faire une affiche sympa pour une quelconque manifestation : l’orchestre qui a du cœur, la boutique qui a du cœur, la banque qui a du cœur, le chœur d’hommes qui a du cœur. Sur l’affiche du Salon, il faut une bagnole, belle, élégante, racée, bien dessinée ! 

 

 

Mardi

Rodin érotique

Le Valais a évolué, le Valais, ce n’est pas Ecône. C’est aussi un lieu d’ouverture, d’expression libre. La preuve : la semaine prochaine, la Fondation Pierre Gianadda de Martigny accueillera la plus fabuleuse collection de dessins érotiques du monde. Leurs sujet principal est le sexe de la femme, des scènes de masturbation, d’amour saphique, des femmes exposant leurs organes génitaux au premier plan dans toutes les positions possibles. Ces dessins d’Auguste Rodin, longtemps considérés comme de la pornographie pure, dépassent en originalité tout ce que Pablo Picasso a pu faire dans le genre. Rodin était convaincu que dessiner le sexe de la femme c’était dessiner la vérité. Je salue le courage des Valaisans de présenter cet œuvre majeur de l’art érotique à un grand public, sans restrictions d’âge.    

 

 

Mercredi

Secret bancaire

Ramenons le débat aux questions fondamentales. Le secret bancaire a été inventé pour protéger les avoirs de citoyens juifs fuyant  le régime nazi. Conservons ce secret (stricte et sans concessions) pour toutes les personnes en conflit avec des régimes de non-droit, en Asie, en Afrique, en Amérique du Sud. En revanche, dans nos rapports avec les Etats de droit, démocratiques, négocions une solution qui les aide à persécuter la soustraction fiscale. Entre nous : les socialistes qui aimeraient faire voter l’abolition du secret bancaire pourraient vivre une grosse surprise : nombreux sont les Suisses à revenu modeste qui profitent du secret bancaire pour frauder un peu…Ils diront non.   

 

Jeudi

Prescription

Quel gâchis ! Le 30 novembre dernier le peuple a adopté une initiative pour rien ! Elle demandait l’imprescriptibilité des actes pédophiles (le délai de prescription étant fixé actuellement à 15 ans) et les initiateurs espéraient qu’elle permettrait aux victimes qui ont aujourd’hui entre cinquante et septante ans, de poursuivre leurs bourreaux. Or, Mme Widmer-Schlumpf vient de trancher : il n’y aura pas de rétroactivité.  Les crimes contre l’intégrité des enfants commis à une époque où les enfants n’avaient pas droit à la parole, ou les abuseurs étaient protégés par le silence des églises, des autorités, des autres adultes, ne seront jamais punis. La nouvelle norme n’a aucun sens dans le futur, dans un monde qui a changé son rapport avec les enfants, la pédophilie, la communication. On a voté pour rien.

 

 

Vendredi

Cher fauteuil

La vente de la collection d’art de Pierre Bergé et Yves Saint-Laurent a choqué le public: 22 millions pour un simple fauteuil! C’est indécent, disent les gens. Oui. Mais probablement c’est un bon investissement. On appelle ce genre d’objets d’arts prestigieux des « valeurs refuges ». Joli expression. Je possède aussi une valeur refuge, un joli canapé IKEA. Quand j’en ai assez du travail (et du reste) je me réfugie dans mon canapé IKEA, me couvre bien et fais un petit roupillon. En général, je me fais réveiller par les odeurs de la cuisine. Et la vie est belle. Avis aux riches spéculateurs : ce canapé n’est pas à vendre.

 

 

 

   

09/09/2008

Hans Stöckli, cible molle, Céline Dion

Ville de l’avenir

Hans Stöckli, le maire de Bienne est un homme heureux : Les groupes horlogers les plus prestigieux de Suisses, Rolex et Swatch, vont construire des nouvelles usines et créer des centaines de places de travail dans sa ville. Les projets sont grands et prestigieux: Pour Rolex, on parle d’un budget de construction d’un demi milliard de francs suisses! Le Swatch group agrandira son actuelle usine Omega, le budget serait devisé à 100 millions. Bienne devient ainsi ce qu’elle aurait toujours voulu être, malgré des crises et récessions successives : La «Ville de l’avenir». Et la ville se presse de construire des centaines d’appartements nouveaux.

Le succès mondial de l’horlogerie de luxe suisse se fait aussi remarquer à la Vallée de Joux et ailleurs: Audemars Piguet construit une nouvelle usine géante au Brassus et Jaeger Lecoultre agrandit la sienne au Sentier. On ne compte plus les chantiers horlogers au Locle, La Chaux-de-Fonds, Grenchen, Genève ou ailleurs. Tout le monde parle de crise, de programmes d’économie. Mais la montre suisse, elle, est en pleine expansion, l’horlogerie investit, agrandit et profite d’un marché toujours plus gourmand. C’est une bonne nouvelle, pour nous tous.

Cible molle

Excellente, cette initiative pour l’interdiction de construire des minarets en Suisse. Excellente pour les musulmans ! Parce que l’initiative canalise tous les ressentiments anti-musulmans contre une cible molle. minaret.pngDe tous les phénomènes qui irritent (éventuellement) certains Suisses, comme le port du voile, les discours agressifs de certains religieux, les mariages forcés et le traitement inégal des filles, la construction de minarets et ce qui provoque le moins d’émotions. On en a tellement dans notre pays, des églises de toutes sortes, et des moches en plus, toutes ces églises en béton, construites dans les années soixante et septante dans certains villages valaisans, par exemple, c’est l’horreur!  Je dirais que deux ou trois nouvelles mosquées auront le mérite d’apporter une note décorative dans d’affreux quartiers. Faudrait juste que les musulmans fassent preuve d’un meilleur goût pour l’architecture moderne que les églises catholiques – ou protestantes.

Céline Dion

Heureusement, il y a le souvenir. Elle était touchante, elle parlait avec le public, elle avait une voix merveilleuse, pleine, et ce petit sourire du coin de la bouche qui nous faisait fondre, même à cent mètres de distance. Et la voilà transformée. celine_dion.jpgLa vie, la vraie, a disparu. On dirait une sosie, un peu trop maigre, un peu trop fade, qui imite super bien Céline Dion. Et pourtant tout le spectacle est parfait, bien rodé, trop bien rodé. Est-ce Las Vegas qui l’a tueé ?  « Bonjour Genève » nous dit-elle. Bonjour Genève, Bonjour Bogota, Bonjour New York, Bonjour Milan. On a compris. Tu fais ton job. Tu engranges. Aujourd’hui ici, demain là.  T’as perdu le contact. La fameuse étincelle n’était pas au rendez-vous, ce moment magique qui fait la différence entre une grande star et une simple marionette du show bizz. Adieu Céline.  

 

L’accident de la Jungfrau

Juste une question, une ! Pourquoi les conclusions de l’enquête sur l’accident de la Kander a-t-elles pu être présentées quelques jours après l’évènement. Et pourquoi l’enquête sur l’accident de la Jungfrau n’a toujours pas abouti, un an après l’évènement?

Romandie boudée par les touristes?

Chaque fois que des Zurichois s’égarent dans nos région, ils sont émerveilles. Comme s’ils n’avaient pas su qu’autour du lac Léman, on trouve tout ce que peut offrir l’Engadine ou le Tessin, leurs lieux de week-end favoris. Lacs, montagnes, gastronomie, culture et les plus beaux hôtels du pays. Quand les Romands se rendent à Berne ou Zurich en été, ils sont étonnés du nombre de touristes étrangers rencontrés dans les rues de ces villes. Et ils des demandent pourquoi ces touristes ne viennent-ils pas à Lausanne, la plus belle et agréable ville de la planète? La réponse est difficile à trouver. Mais si les Japonais et les Chinois savaient que les escaliers du marché de Lausanne sont aussi atractives que le fameux pont de Lucerne, ils débarqueraient peut-être en masse. Enfin, je ne me plains pas, tant qu’on a nos villes pour nous, on peut être heureux