24/12/2010

Chère Lara Gut

Chère Lara Gut,

Je félicite les directeurs de Swiss-Ski de vous avoir suspendue pour deux courses. Ça vous fera du bien. Et à toutes les autres skieuses aussi.

Savez-vous à quel point une fille comme vous peut agacer? Vous êtes la princesse, la glamour girl du ski suisse. Vous êtes jeune, jolie, intelligente, sexy, vous skiez comme une déesse et parlez comme une star. On vous aime pour vos médailles, mais tout autant pour votre personnalité. Vous profitez d’une certaine autonomie à l’entraînement. Sachez que tout ça est difficile à supporter – pour les autres.

Donc, s’il y a une seule skieuse qui ne peut pas se permettre d’en rajouter, c’est bien vous. C’est pour cela, aussi, qu’Urs Lehmann vous à mise au pas. Il perdrait toute autorité s’il laissait faire la grande diva. Mais regardez le buzz! Même la punition vous profite: à peine revenue d’une blessure, vous faites les grands titres de la presse. D’autres n’en reçoivent pas autant pour une place sur le podium. Finalement, il n’y a qu’une loi dans le sport: la loi des vainqueurs, ils ont toujours raison, même avec un caractère de sanglier. Continuez de gagner et ils continueront de vous dérouler des tapis rouges. De toute façon, votre notoriété aura déjà gagné quelques points, ces jours. Vos sponsors se frottent les mains.

Cordialement, Peter Rothenbühler

Chère Lara Gut

Chère Lara Gut,

Je félicite les directeurs de Swiss-Ski de vous avoir suspendue pour deux courses. Ça vous fera du bien. Et à toutes les autres skieuses aussi.

Savez-vous à quel point une fille comme vous peut agacer? Vous êtes la princesse, la glamour girl du ski suisse. Vous êtes jeune, jolie, intelligente, sexy, vous skiez comme une déesse et parlez comme une star. On vous aime pour vos médailles, mais tout autant pour votre personnalité. Vous profitez d’une certaine autonomie à l’entraînement. Sachez que tout ça est difficile à supporter – pour les autres.

Donc, s’il y a une seule skieuse qui ne peut pas se permettre d’en rajouter, c’est bien vous. C’est pour cela, aussi, qu’Urs Lehmann vous à mise au pas. Il perdrait toute autorité s’il laissait faire la grande diva. Mais regardez le buzz! Même la punition vous profite: à peine revenue d’une blessure, vous faites les grands titres de la presse. D’autres n’en reçoivent pas autant pour une place sur le podium. Finalement, il n’y a qu’une loi dans le sport: la loi des vainqueurs, ils ont toujours raison, même avec un caractère de sanglier. Continuez de gagner et ils continueront de vous dérouler des tapis rouges. De toute façon, votre notoriété aura déjà gagné quelques points, ces jours. Vos sponsors se frottent les mains.

Cordialement, Peter Rothenbühler

06/12/2010

Cher Charles Beer

30/11/2010

Chère Nadine de Rothschild

Chère Nadine de Rothschild,

S’il existait un registre des monuments humains à préserver, on devrait vous y inscrire. Pour votre beau sourire. Et pour votre originalité. Vous avez eu l’idée de lancer une assurance contre les pensions alimentaires impayées. C’est assez surprenant. Je vous voyais sur le front des bonnes manières, la taille des verres, la position des fourchettes et celle de la femme dans le couple (serviable et disponible). Et voilà que vous faites dans le social. Eh bien, il faut bien que des aristos s’occupent des douloureuses réalités sociales quand les socialistes se perdent dans les grands principes (comme la rupture avec le capitalisme), n’est-ce pas? Aussi, en vous voyant défendre les droits de ces femmes abandonnées par leur prince pas trop charmant, je ne peux m’empêcher de penser que vous avez eu tellement raison d’épouser un homme très riche. Je dis toujours à mes amis: la prochaine fois, j’épouse une femme très, très riche qui meurt trente ans avant moi. A vous voir, je me dis que le veuvage est – du point de vue économique – bien moins désastreux que le divorce. Mais ne prenez pas cela pour une déclaration d’amour (de raison)! C’était juste pour rire. Je vous souhaite une longue vie, et encore beaucoup d’idées originales.

Cordialement, Peter Rothenbühler