25/05/2010

Liebe Nora Illi

Liebe Nora Illi,

Zuerst hielt ich Sie für einen Werbe-Scherz von Kurt Illi (zur Gewinnung saudischer Touristinnen). Aber Ihr Titel «Frauenbeauftragte des Islamischen Zentralrats Schweiz» signalisiert Wichtigeres. Wenn auch nicht viel dahinter steckt, wie man in Muslim- Kreisen erfährt. Die gehen eher auf Distanz: «Konver- titin, Ex-Punk, redet anstelle des Mannes, keine von uns». Aber für ernste Interviews über die Burka sind Sie natürlich die ideale Gesprächspartnerin, inklusive Gaffertest und Fotos. Die Frage ist nur, wem das nützt.

Mit Ihrer schwarzen Niqab – Totalverhüllung mit Augenschlitz – sehen Sie wirklich aus wie das leib- haftige SVP-Plakat. Zufällig sah ich am Tag, als Sie gross in der Zeitung waren, dort auch die Starletts von Cannes, ganz klein. Und fragte mich, was gottgefälliger ist: der Mensch, wie Gott ihn schuf – oder total verhüllt? Feigenblatt oder Niqab? Und dachte: Die Extreme gleichen sich. Wer völlig enthüllt oder völlig verhüllt posiert, tut im Prinzip dasselbe: Er stellt sich zur Schau mit der Absicht, wilde Fantasien zu nähren. In beiden Fällen wird die Frau nicht als Mensch gezeigt, sondern als potenzielle (Sex-)Bombe.

Übrigens: Ich halte Sie für ungefährlich. Als Tochter eines Psychotherapeuten und einer Sozialarbeiterin geht es Ihnen vermutlich eher darum, den Eltern zu missfallen, als Allah zu gefallen. Man nennt das verlängerte pubertäre Krise. Keine Sorge: Das geht vorbei.

Freundliche Grüsse, Peter Rothenbühler

«Es geht eher darum, den Eltern zu missfallen, als Allah zu gefallen»

 

Paru dans "Sonntagszeitung", le 23 mai 2010

Arrêtez la musique!

Pollution musicale

 On peut fermer les yeux, mais on ne peut pas fermer les oreilles: la musique y entre comme elle veut. Epargnez-nous l’arrosage permanent et omniprésent de musique. Surtout d’une musique de mauvais goût, jouée beaucoup trop fort. Le pire que j’aie vécu ces derniers temps, c’était la musique du Cirque Knie. Les numéros sont excellents, les chevaux, les clowns, les artistes, tous de première qualité. Mais j’aurais dû apporter des boules Quiès: du début à la fin, c’était boum, boum, boum et dzoing, dzoing, dzoing, toujours très fort, comme si on se trouvait dans une disco. La poésie a foutu le camp – à cause de la musique. (J’ai pensé avec nostalgie à la trompette de Gelsomina.) Et l’autre expérience, c’est un petit-déjeuner au restoroute de Bavois, avec son excellent buffet, sa vue splendide sur le paysage. Là aussi, c’était boum, boum, dzoing, dzoing. Affreux.

Enfin un vrai mec!

Mister Suisse

 Enfin un vrai mec! Il faut le signaler: le Mister Suisse de cette année a été bien choisi, et on peut – enfin – dire qu’avec lui le concours des Mister, qui avait toujours un côté ridicule, atteint enfin le niveau de celui de Miss Suisse, où les candidates sont depuis quelques années de jeunes femmes jolies, évidemment, mais surtout cultivées qui passeraient tous les tests d’intelligence haut la main. Après le Mister 2009 André Reithebuch, qui ne savait ni lire ni écrire et pensait que la Seconde Guerre mondiale avait eu lieu en 1900, son successeur Jan Bühlmann, Mister 2010, est non seulement grand, beau et fort, mais aussi instruit. Il lit Kafka et Goethe, prend des leçons de piano depuis tout petit, fait du théâtre et s’exprime comme un pro à la télévision. En plus, il a un corps d’athlète. Fini donc les gringalets, les garçons androgynes ou rustres et incultes des années passées. J’ai juste une seule petite inquiétude: Jan dit qu’il vit seul depuis six mois. Je connais peu de personnes de son âge qui ne fréquentent pas une fille… ou un garçon.

Nora Illi exhibitionniste

Nora Illi l’exhibitionniste

 Elle commence à m’irriter, la «déléguée à la question des femmes» du «Conseil islamique central». Nora Illi, cette jeune Suissesse convertie à l’islam qui porte le niqab, justifie la polygamie («pour être plus près d’Allah») et donne des interviews à gauche et à droite. C’est une véritable caricature de la femme soumise, on dirait qu’elle a été engagée par les publicitaires de l’UDC. A chacune de ses interviews, elle dessert encore un peu plus les intérêts de cette grande majorité de vrais musulmans qui sont intégrés dans notre société tout en respectant quelques rites et traditions de leur religion. D’ailleurs, si elle voulait vraiment obéir à la lettre – et sans tenir compte de l’évolution de la société – aux paroles du Prophète, elle devrait commencer par se taire. Et ne pas parader devant les photographes, avec ou sans enfants, ni multiplier ses apparitions sur les plateaux de télévision. Ce que fait Mme Illi, c’est de l’exhibitionnisme. Je ne vois pas une grande différence entre elle, qui exhibe son déguisement, et une bimbo qui se montre nue, les deux nourrissent intentionnellement des fantasmes. Quand on sait qu’elle est fille d’un psychothérapeute et d’une assistante sociale, on s’imagine facilement qu’au fond de son âme ce n’est pas tant pour plaire à Allah qu’elle fait tout ce manège, mais pour profondément déplaire à ses parents. On appelle cela une crise d’adolescence prolongée.